Voici les meilleurs aliments à manger pour ne plus déprimer

© Istock

Ce qu'on mange peut-il influencer notre humeur ? C'est ce que les chercheurs de l'université de Binghamton à New-York aux États-Unis demontrent avec une nouvelle étude publiée dans la revue Nutritional Neuroscience.

Publicité

L'alimentation peut influencer la chimie de notre cerveau

Avant 30 ans notre cerveau n'est pas encore arrivé à maturation et les facteurs alimentaires peuvent modifier sa chimie, selon des scientifiques de l'université de Binghamton à New-York dont l'étude vient d'être publiée dans la revue Nutritional Neuroscience. Ils se sont concentrés sur deux tranches d'âge adulte (les 18-29 ans et les 30 ans et plus) afin de définir si une alimentation saine, une bonne hygiène de vie et de l'activité physique pouvaient favoriser le bien-être mental.

Publicité
Publicité

L'idéal : des fruits et des légumes

A l'aide d'un sondage anonyme sur Internet et plus particulièrement sur les réseaux sociaux, les chercheurs ont pu définir que la consommation de viande et l'exercice physique augmentaient la disponibilité des précurseurs de neurotransmetteurs et les concentrations dans le cerveau chez les jeunes adultes ce qui les rendait de meilleure humeur. Pour les adultes plus âgés, la consommation d'antioxydants (fruits et légumes) influerait sur l'humeur de façon positive alors que la nourriture à glycémie élevée (biscuits, farine) et le café auraient tendance à activer de manière inappropriée le système nerveux sympathique*. De même que le fait de sauter le petit-déjeuner.

Selon votre âge et le niveau de maturation de votre cerveau ou encore selon votre sexe, les fonctions cérébrales n'auraient pas forcément les mêmes besoins et un ajustement de régime alimentaire pourrait être nécessaire afin d'améliorer le bien-être mental.

*Le système nerveux correspond à l'ensemble des nerfs, ganglions et centres nerveux qui assurent la commande et la coordination des fonctions vitales et la réception des messages sensoriels. Le système sympathique relève plus spécifiquement du fonctionnement des viscères.

Publié par Manon Anger, journaliste santé le Jeudi 14 Décembre 2017 : 12h35
Source : Assessment of dietary factors, dietary practices and exercise on mental distress in young adults versus matured adults: A cross-sectional study Lina Begdache ORCID Icon, Maher Chaar ORCID Icon, Nasim Sabounchi ORCID Icon & Hamed Kianmehr ORCID Icon Pages 1-11 | 11 Dec 2017. Nutritional Neuroscience.
PUB
PUB