Vers un simple test urinaire pour remplacer le frottis ?

Si le frottis est un examen médical nécessaire pour dépister le cancer du col de l'utérus, il est redouté par de nombreuses femmes. Mais, elles devraient bientôt pouvoir se tourner vers une solution beaucoup moins invasive : un simple test urinaire.
© Istock

S'il y a bien un rendez-vous où les femmes vont quasiment à reculons... C'est bien celui pour leur frottis. Mais, un nouvel outil de dépistage du cancer du col de l'utérus pourrait venir à leur secours.

Des chercheurs de l’Université de Manchester (Royaume-Uni) ont mis au point un test urinaire capable de détecter le papillomavirus humain (HPV), virus responsable du cancer du col de l’utérus, aussi bien qu'un frottis.

Les scientifiques ont demandé à 104 femmes venues pour un dépistage d'essayer leur test urinaire en même temps. Selon l'article paru dans le BMJ Open, l'outil a montré une efficacité semblable à celle des frottis conventionnels dans la détection du virus.

Dr Emma Crosbie, auteure principale de l’étude, a expliqué “Nous sommes vraiment très enthousiastes face à cette étude, qui pourrait, selon nous, augmenter de manière significative les taux de participation au dépistage du cancer du col utérin”.

Le frottis, un examen redouté

Que cela soit par timidité ou par peur, encore de nombreuses femmes ne font pas de frottis réguliers chez un gynécologue.

La chercheuse reconnaît “Les campagnes qui encouragent les femmes à participer au dépistage du cancer du col de l'utérus ont été utiles". Toutefois, elle ajoute "Malheureusement, les effets ne sont pas durables et les taux de participation ont tendance à diminuer après un certain temps. Nous avons clairement besoin d'une solution plus durable".

Par ailleurs, des spécialistes de la santé féminine remarquent que le test urinaire pourrait simplifier l'accès au dépistage aux femmes ayant été sexuellement abusées ou ayant subi des mutilations comme l'excision. En effet, pour ces dernières, les rendez-vous chez les médecins sont souvent très angoissants... au point que beaucoup renoncent. Il pourrait aussi faciliter la vie des personnes atteintes de vaginisme pour qui l'examen gynécologique est difficile, et parfois même la pose d'un spéculum impossible.

Si les résultats de l'expérience sont prometteurs, inutile d'annuler votre rendez-vous chez le gynéco. Des essais plus importants vont devoir être réalisés avant que ce test urinaire puisse être mis sur le marché. Une étape indispensable très longue...

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.