Vaccin anti-covid : les effets secondaires observés en France

La France tente d'enrayer l'épidémie de la COVID-19 avec une campagne de vaccination de grande ampleur. L’ANSM surveille attentivement les réactions aux 3 vaccins administrés dans l'Hexagone (Pfizer, Moderna, AstraZeneca). Toutes les semaines, l'agence fait le point sur les effets secondaires observés.
Vaccin anti-covid : les effets secondaires observes en France

Malgré les difficultés d'approvisionnement et une certaine méfiance des Français envers les vaccins, la campagne de vaccination contre la COVID-19 progresse.

Selon les dernières données publiées le 18 avril 2021, on compte désormais 12 556 263 personnes ont reçu au moins une dose (soit 23,9 % de la population majeure) et 4 540 008 individus en ayant eu deux (soit 8,6%).

Si la population se presse de plus en plus dans les centres de vaccination, les inquiétudes restent vives sur les effets des produits mis au point récemment. Ceux observés depuis les premières injections en décembre 2020 sont détaillés dans notre diaporama.

Vaccins Pfizer :  14 350 cas d’effets indésirables rapportés

L’ANSM a mis en place un dispositif de surveillance renforcée pour suivre la campagne de vaccination contre la COVID-19. Elle a publié son nouveau rapport hebdomadaire le 16 avril 2021. 

Il indique que 14 350 cas d’effets indésirables ont été déclarés avec le vaccin Comirnaty de Pfizer/BioNTech depuis le début de la campagne de vaccination. Parmi eux, 1989 sont dits "graves" selon l'ANSM (soit 26% des déclarations). Toutefois, l'agence assure que "la majorité des effets indésirables sont attendus et non graves". Elle ajoute :"L’analyse montre également que les effets réactogènes (fièvre, fatigue, maux de tête) sont plus fréquemment rapportés après la seconde dose".

Dans son rapport hebdomadaire concernant la semaine du 2 au 8 avril, l'agence précise : "À ce stade, les cas rapportés d’événements thromboemboliques avec Comirnaty ne montrent pas de spécificité particulière en faveur d’un rôle du vaccin". Elle ajoute ensuite : "Concernant les cas de décès déclarés, les données actuelles ne permettent pas de conclure qu’ils sont liés à la vaccination. Ces événements continueront de faire l’objet d’une surveillance spécifique."

AstraZeneca : un risque "très rare" de thrombose confirmé

La vaccination avec AstraZeneca a commencé le samedi 6 février dans plusieurs établissements de santé français. Plus de 2,7 millions d'injections ont été réalisées au 8 avril 2021. 10 422 cas d’effets indésirables ont été analysés par les CRPV rapporteurs (Amiens et Rouen). "La grande majorité de ces cas concerne des syndromes pseudo-grippaux, souvent de forte intensité (fièvre élevée, courbatures, céphalées)", rappelle le rapport hebdomadaire du 16 avril. 

L'ANSM précise dans son rapport "En cas de fièvre et/ou de douleurs, l’ANSM conseille de privilégier l’utilisation du paracétamol à la dose la plus faible et le moins longtemps possible".

Toutefois, la principale préoccupation avec ce vaccin est le possible risque de thrombose. Le comité de suivi a confirmé "la survenue, très rare, de ce risque thrombotique chez les personnes vaccinées par le vaccin Vaxzevria (AstraZeneca). Le comité de suivi relève une évolution dans la typologie des cas déclarés avec un âge des patients plus élevé, un sex-ratio proche de 1 et une localisation des thromboses majoritairement au niveau digestif sur la période". L'ANSM surveille en particulier 5 types d'évènements thromboemboliques (détaillés dans notre diaporama).

De son côté, l’Agence européenne du médicament (EMA) a estimé que le rapport bénéfice-risque du vaccin reste positif dans la prévention de la COVID-19.

Moderna : 869 effets indésirables relevés

Concernant les injections mises au point par le laboratoire Moderna, il est indiqué dans le communiqué : "Depuis le début de la vaccination avec le vaccin Moderna, 869 cas d’effets indésirables ont été analysés par les CRPV rapporteurs (Lille et Besançon). Au total, plus de 994 000 injections ont été réalisées au 8 avril 2021. Un grand nombre de cas concerne des réactions retardées locales non graves".

COVID-19 : les personnes pouvant se faire vacciner

La vaccination des Français pour lutter contre le coronavirus se fait progressivement. Les publics prioritaires définis par les autorités sanitaires sont :

  • L’ensemble des personnes de 55 ans et plus.
  • Les femmes enceintes à partir du deuxième trimestre de la grossesse.
  • Les personnes âgées en EHPAD ou en unité de soin de longue durée.
  • Les professionnels du secteur de la santé et du secteur médico-social (les professions médicales, Les professions de la pharmacie et de la physique médicale, les auxiliaires médicaux, aides-soignants, auxiliaires de puériculture et ambulanciers, les conseillers en génétique, les biologistes médicaux).
  • Les personnes de 50 à 54 ans inclus souffrant d’une ou plusieurs des comorbidités
  • Les personnes handicapées vulnérables prises en charge dans les foyers d’accueil médicalisés et les maisons d’accueil spécialisées.
  • Les personnes vulnérables à très haut risque de formes graves de plus de 18 ans telles que mentionnées par le conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (cancer, personnes transplantées, maladies rénales chroniques, trisomie 21...).
  • Les résidents de 60 ans et plus dans les foyers de travailleurs migrants (FTM)

Pour connaitre les lieux de vaccination de votre région, consultez le site gouvernemental sante.fr.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Point de situation sur la surveillance des vaccins contre la COVID-19, ANSM, 9 avril 2021
Point de situation sur la surveillance des vaccins contre la COVID-19, ANSM, 2 avril 2021
Point de situation sur la surveillance des vaccins contre la COVID-19, ANSM, 12 mars 2021
Point de situation sur la surveillance des vaccins contre la COVID-19, ANSM, 26 février 2021
Point de situation sur la surveillance des vaccins contre la COVID-19, ANSM, 19 février 2021
Point de situation sur la surveillance des vaccins contre la COVID-19, ANSM, 11 février 2021
Point de situation sur la surveillance des vaccins contre la COVID-19, ANSM, 5 février 2021
Vaccination contre la COVID en France : au 19 janvier 2021, près de 586 000 personnes ont été vaccinées en France, Ministère de la Santé, 19 janvier 2021
Point de situation sur la surveillance des vaccins contre la COVID-19, ANSM, 19 janvier 2021
Point de situation sur la surveillance des vaccins contre la COVID-19, ANSM, 22 janvier 2021. 
Point de situation sur la surveillance des vaccins contre la COVID-190, ANSM, 29 janvier 2021