"Une grossesse, une dent" : mythe ou réalité ?

Publié le 22 Janvier 2019 à 9h02 par Laurène Levy, journaliste santé
"Une grossesse, une dent" ou "un enfant, une dent" sont deux expressions souvent utilisées pour justifier la mauvaise santé bucco-dentaire des femmes enceintes et des jeunes mamans. Mais s’agit-il d’une croyance ou d’une réalité médicale ? Les réponses avec le docteur Vianney Descroix, chirurgien-dentiste.
© Adobe Stock

Quelle femme enceinte ou jeune maman ne s’est jamais entendu dire "un enfant, une dent !" dès lors qu’elle se plaignait de problèmes dentaires ? Mais cet adage s’appuie-t-il sur des arguments médicaux réels ? "Il est vrai que les femmes enceintes souffrent souvent de pathologies bucco-dentaires. Mais penser que cela vient du fait que le fœtus pompe le calcium des dents, ce qui les déminéraliserait, est totalement faux" explique le docteur Vianney Descroix, chirurgien-dentiste et chef de service à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris.

Hormones de grossesse et grignotage sucré

Mais alors comment expliquer que "51,6% des femmes enceintes ont des caries, avec en moyenne trois dents cariées par femme", selon les chiffres rapportés par le docteur Descroix ? Une première raison est celle des hormones de grossesse, qui peuvent avoir un effet sur les dents et la santé de la bouche en général. "La gingivite gravidique, une inflammation des gencives qui survient pendant la grossesse, est par exemple très liée aux causes hormonales. Les gencives sont alors rouges, avec des douleurs et des saignements entre le deuxième et le huitième mois de grossesse" décrit le spécialiste.

À la cause hormonale s’ajoute la cause comportementale : "la grossesse est également une période propice aux grignotages et à l’appétence pour le sucre", note le chirurgien-dentiste, deux habitudes à risque pour les dents.

Seulement 30% de recours au soin pendant la grossesse

Dernière raison, et non des moindres : "les femmes enceintes consultent plus rarement leur dentiste que d’habitude car elles ont peur de l’effet d’une consultation dentaire sur leur grossesse et négligent souvent leur propre santé au profit de la santé de l’enfant à naître ; les gingivites et les caries sont donc moins souvent dues à la grossesse qu’à l’absence de consultation dentaire" déplore le docteur Descroix. Le taux de recours au soin pendant la grossesse est ainsi très faible, "inférieur à 30% même en cas de douleur" note le spécialiste.

Soigner les dents de la femme enceinte n’est pas dangereux, c’est ne pas la soigner qui l’est.

Mais ce n’est pas sans raison que "l’Assurance maladie propose à toutes les femmes enceintes un bilan bucco-dentaire pris en charge, à réaliser entre le quatrième mois et le 12e jour après l’accouchement pour les retardataires". Ce bilan comprend un interrogatoire médical, un examen bucco-dentaire et une action de prévention et d’éducation sanitaire pour la femme et pour son futur enfant. Car, contrairement aux idées-reçues, tous les soins bucco-dentaires courants sont possibles pendant la grossesse. "La femme enceinte ne doit donc pas attendre pour se faire soigner la bouche et les dents, même au dernier mois de grossesse. Car soigner les dents de la femme enceinte n’est pas dangereux, c’est ne pas la soigner qui l’est" avertit le docteur Descroix.

Le principal risque ? "Si on laisse trainer une carie, on risque plus fréquemment qu’on ne le pense de développer une cellulite maxillo-faciale. Il s’agit d’uneurgence sanitaire qui devient une urgence vitale chez les femmes enceintes."

Source : Conférence Les vrais / faux sur la santé bucco-dentaire pendant la grossesse et les premiers mois de l’enfant organisée par l’Association Dentaire Française, en présence du docteur Vianney Descroix, Chirurgien-dentiste et docteur en pharmacie - Service d’odontologie du Groupe hospitalier Pitié-Salpetrière (Paris), 30 novembre 2018.