Tabac et rechute : sommes-nous tous égaux ?

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 20 Mai 2015 : 17h27
Mis à jour le Jeudi 21 Mai 2015 : 15h04

Arrêter de fumer est une entreprise très difficile. Tous les fumeurs n’y arrivent pas et dans tous les cas, rarement à la première tentative. Ensuite, une seconde épreuve attend les ex-fumeurs : la rechute. Elle n’est pas inéluctable et pour cela, il est préférable de s’y préparer et de développer à l’avance les stratégies gagnantes.

PUB

Quels sont les facteurs de risque de la rechute ?

Il est évident que les facteurs de risque d’entrée et de maintien dans le tabagisme jouent aussi un rôle dans celui de la ou des rechutes. Dépression, autres maladies, émotions, anxiété, stress, deuil, séparation, perte d’emploi, consommation d’autres drogues, de cannabis, d’alcool, etc. D’autres évènements de la vie peuvent intervenir, mais dans le cas des rechutes, les facteurs environnementaux jouent un rôle prépondérant.

PUB
PUB

L’environnement du fumeur : à revoir pour mieux prévenir

Si un deuil, l’annonce d’une maladie ou la perte d’un emploi augmentent considérablement les risques de rechute, l’environnement immédiat de l’ex-fumeur doit aussi être modifié. Il convient d’anticiper les situations multi-quotidiennes susceptibles d’inciter à la prise d’une cigarette. Certaines sont communes à la majorité des fumeurs, d’autres beaucoup plus personnelles : soirée entre amis, sortie du ciné, seul en voiture, boire un café, après une réunion, en période de stress, de difficultés professionnelles ou familiales, en cas de conflits, de prise de poids, etc.

Le déconditionnement

Des stratégies d’évitement sont à mettre en place après avoir repéré les situations les plus à risques.

Vous allez devoir anticiper vos réactions et réapprendre à adopter un comportement autre que celui de prendre une cigarette. C’est ce que l’on appelle « le déconditionnement ». Certaines personnes peuvent y arriver seules à certains moments de leur vie, d’autres auront besoin d’une aide thérapeutique, psychologique, voire de suivre une thérapie cognitive et comportementale, dont les résultats dans le sevrage tabagique ont déjà été démontrés et qui est recommandée par les autorités de santé. Bien entendu, les substituts nicotiniques sont là aussi indiqués car en parallèle ils calment la dépendance physique.

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :
Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 20 Mai 2015 : 17h27
Mis à jour le Jeudi 21 Mai 2015 : 15h04
Source : Lebargy F. Les échecs du sevrage tabagique. Rev Prat Med Ge, 2009 : 23:435-439. http://www.stop-tabac.ch. Tabac Info Service, https://www.tabac-info-service.fr/. Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives,http://www.drogues.gouv.fr/. Khati I. et coll., Facteurs associés à l’arrêt du tabac chez les jeunes adultes. Conduites addictives chez les adolescentes, Inserm, 20 janvier 2015. 
PUB
PUB
A lire aussi
Sevrage tabagique : ce qui vous fait craquerPublié le 08/03/2005 - 00h00

De la dépendance en passant par la gestuelle et les situations environnementales, tout est réuni pour faire craquer et replonger l'ex-fumeur. Quels sont les principaux facteurs à connaître et à identifier pour prévenir les rechutes ?

Je veux arrêter de fumer : qu'est-ce qui marche ?Publié le 27/05/2012 - 22h00

En matière d’arrêt du tabac, il n’existe pas de recette miracle. Cette entreprise est extrêmement difficile et chaque fumeur doit trouver et adapter la ou les méthodes qui lui convient.Ceci dit, il existe des techniques de sevrage qui se sont révélées efficaces chez une majorité de...

Plus d'articles