Tabac : méthodes comportementales et cognitives pour arrêter de fumer

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 18 Septembre 2006 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 01 Juin 2011 : 12h15
Arrêter de fumer, c'est toujours une bonne idée, mais en pratique, c'est très difficile. Tout est dans la tête ? Non, car le tabac est une drogue qui agit physiquement. Mais vous pouvez utiliser votre mental pour arrêter de fumer plus facilement, notamment grâce aux thérapies comportementales et cognitives. C'est ce que nous détaille le Dr Philippe Presles*, tabacologue.
PUB

Travail cognitif pour arrêter de fumer

Vous pouvez commencer à faire un travail sur vos pensées pour arrêter de fumer. On parle de travail cognitif, car on appelle aussi vos pensées des cognitions.

Dans un premier temps, entraînez-vous à repérer dans votre tête vos pensées négatives vis-à-vis du tabac. En voici quelques exemples :

  • arrêter de fumer, je n'y arriverai jamais ;
  • c'est trop dur ;
  • je n'ai pas assez de volonté ;
  • à quoi bon tant d'efforts ?
  • tout le monde rechute, c'est quasiment impossible.

Puis, après les avoir repérées, vous pouvez dans un second temps remplacer ces pensées toxiques par des pensées positives et réalistes.

En voici encore quelques exemples :

  • je vais me sentir mieux en ayant arrêté de fumer ;
  • j'ai envie de donner le bon exemple à mes enfants ;
  • c'est bon pour mon bébé si j'arrête de fumer ;
  • je vais retrouver un meilleur niveau de sport ;
  • j'aurai une plus belle peau quand j'aurai arrêté de fumer ;
  • je vais retrouver une meilleure érection ;
  • devenir non-fumeur, c'est une question de méthode, pas de volonté ;
  • je veux vraiment arrêter de fumer ;
  • beaucoup de gens ont des problèmes mille fois plus difficiles à résoudre ;
  • dans quelques mois, cette difficulté passagère me paraîtra vraiment minime ;
  • et pendant la crise de manque :
  • mon envie de fumer va vite cesser (l'envie de fumer vient par vagues et dure peu) ;
  • je sais que la crise de manque dure une minute ;
  • j'ai déjà dépassé une crise de manque sans fumer, donc j'en suis capable ;
  • pensez à quelque chose d'agréable pour couper court à votre sensation de manque : aux vacances, à des amis, à une activité que vous aimez ;
  • prenez-vous comme un sujet d'observation scientifique, et au lieu de chercher à contrer la sensation de manque, étudiez-la : qu'est-ce que je ressens ? Dans le ventre, la tête, la bouche ? Qu'est-ce que je ressens comme émotions, sentiments, sensations ?
  • et quand vous êtes en train d'arrêter de fumer : Encouragez-vous ! Dîtes-vous : bravo, tu es génial, continue, youpi, tu es formidable, tiens bon, c'est presque gagné

PUB
PUB

Préparation comportementale pour arrêter de fumer

Sur le plan comportemental, voici comment vous préparer à arrêter de fumer et commencer à diminuer pour faciliter l'arrêt :

  • repérez les cigarettes automatiques liées à une activité : en vous levant le matin, après le repas, après ou avec le café, en décrochant le téléphone, en vous mettant au volant, en sortant du bureau, après l'amour...
  • repérez les cigarettes automatiques liées à une émotion : colère, fatigue, stress, faim...
  • et dîtes-vous : « progressivement, je vais éliminer une de ces cigarettes automatiques ». Par exemple : je commence à éliminer la cigarette qui accompagne le café.

Comportement quand vous arrêtez :

  • trouvez une façon de changer le contexte qui vous donne envie de fumer (ex : je ne prends plus de café après manger !) ;
  • trouvez une activité plutôt plaisante à la place de fumer quand vous en avez envie : prenez un fruit, une boisson fraîche, faites un sudoku ou passez un coup de fil sympa, allez vous remaquiller...
  • trouvez une activité physique pour que l'envie de fumer passe. Jardinez 5 minutes, sautez à la corde, montez des escaliers, faites un peu de vélo d'appartement...

Ainsi, réussir à arrêter defumer n'est pas une question de volonté, mais de méthode. Et les méthodes comportementales et cognitives bien utilisées vous permettent d'éviter d'être votre pire ennemi pour arrêter defumer, mais plutôt de vous comporter comme un ami qui vous veut du bien, vous encourage, vous aide et vous permet de réussir.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 18 Septembre 2006 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 01 Juin 2011 : 12h15
PUB
PUB
A lire aussi
La cigarette aide à déstresser ? Et bien, c'est FAUX !Publié le 03/06/2012 - 22h00

« Quand je suis stressée, je fume une petite cigarette, et ça me détend.C’est pour cela que je ne veux pas arrêter de fumer. J’aurais peur d’être trop anxieuse ». Lydie semble avoir un raisonnement logique. Et pourtant… Le point sur les relations entre stress et tabac.En fait, le...

Je veux arrêter de fumer : qu'est-ce qui marche ?Publié le 27/05/2012 - 22h00

En matière d’arrêt du tabac, il n’existe pas de recette miracle. Cette entreprise est extrêmement difficile et chaque fumeur doit trouver et adapter la ou les méthodes qui lui convient.Ceci dit, il existe des techniques de sevrage qui se sont révélées efficaces chez une majorité de...

Forums e-sante : arrêt du tabac, conseils et témoignagesPublié le 07/01/2008 - 00h00

Les forums e-sante sur le tabac abondent de témoignages de réussites, d'échecs, de drames… Ils aident tous les participants, qu'ils soient actifs en postant des messages ou de simples lecteurs. Si vous êtes fumeurs, ex-fumeurs ou conjoints de fumeur, participez vous aussi.

Sevrage tabagique : ce qui vous fait craquerPublié le 08/03/2005 - 00h00

De la dépendance en passant par la gestuelle et les situations environnementales, tout est réuni pour faire craquer et replonger l'ex-fumeur. Quels sont les principaux facteurs à connaître et à identifier pour prévenir les rechutes ?

Plus d'articles