A l'arrêt du tabac, mettez-vous au sport !

Publié le 28 Janvier 2008 à 1h00 par Dr Philippe Presles
Le tabagisme est associé à une faible activité physique et inversement, c'est-à-dire que la pratique sportive est liée à une moindre consommation de tabac. Un des meilleurs conseils à donner aux candidats à l'arrêt du tabac est la reprise du sport !
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Le tabagisme est associé à une diminution de l'activité physique

Sans entrer dans les détails des mécanismes intimes de l'interaction du tabagisme avec le système respiratoire, il est certain que fumer altère la fonction respiratoire. Cette complication du tabagisme réduit de façon conséquente l'aptitude physique. C'est ainsi qu'un fumeur qui manque déjà de souffle en montant une volée d'escaliers, sera handicapé et peu assidu à de vraies séances de sport.

Le tabac a également un impact cardiovasculaire direct, ce qui retentit aussi sur la capacité à l'effort physique, sans parler du risque cardiaque. Le tabac accroît le risque d'athérosclérose, d'accident coronarien et de trouble du rythme. A noter que la cigarette « après l'effort sportif » peut être à l'origine de spasme coronarien et d'infarctus.

En bref, les fumeurs sont logiquement peu sportifs et les sportifs qui fument prennent des risques inutiles.

Le sport : une excellente aide à l'arrêt du tabac

En revanche, la reprise du sport peut représenter une aide considérable aux personnes qui souhaitent arrêter de fumer.

C'est d'ailleurs un élément souvent employé pour la prévention du tabac chez les adolescents. Attention toutefois à orienter vers des sports d'endurance ou d'adresse et non vers des sports d'équipe, lesquels peuvent inversement favoriser l'entrée dans le tabagisme.

Premier bénéfice du sport : la prévention de la prise de poids

Attention, le sport d'intensité modéré ne fait pas perdre du poids. En revanche, il aide à prévenir la prise de poids, laquelle est très fréquente à l'arrêt du tabac. Les dépenses caloriques engendrées par l'activité sportive se substituent à celles qui étaient inhérentes au tabagisme.

Rappelons que fumer s'accompagne d'une dépense d'énergie qu'il faut compenser à l'arrêt, en mangeant moins ou en se dépensant davantage. Or l'arrêt du tabac étant anxiogène pour bon nombre de personnes, l'arrêt du tabac a plutôt tendance à s'accompagner d'une prise alimentaire, notamment sucrée, favorable à la prise de poids. La pratique d'un sport est un dérivatif très efficace.

Réduction de l'anxiété et équilibre psychologique

Anxiété, irritabilité, tendance dépressive, sont des troubles psychologiques qui accompagnent souvent l'arrêt du tabac. C'est pourquoi les aides, dont les substituts nicotiniques, sont conseillés car ils atténuent ces symptômes du sevrage. L'activité physique est ici aussi très utile. Elle représente une source de plaisir palliative et aide à trouver un bon équilibre psychologique.

En conclusion, la pratique régulière d'une activité physique sportive devrait faire partie intégrante des moyens à mettre en oeuvre dans le sevrage tabagique. Il est dommage que ce moyen soit si peu mis en pratique.

Source : Tabac Actualités, n°84, janvier 2008.