Et si l'on disait vraiment " Halte à l'infarctus ! "

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 25 Septembre 2006 : 02h00
Du 25 septembre au 2 octobre, lors de la semaine du coeur, les cardiologues se mobilisent pour dire « Halte à l'infarctus ! » Pourquoi ? Parce que 90% des infarctus sont évitables ! Alors autant ne pas se faire prendre en traître…
PUB

Le traitement de l'infarctus est devenu très efficace : en dix années, les décès par infarctus ont baissé de 27% chez les hommes et de 21% chez les femmes (Etude Monica). Mais ce bon résultat ne rend que plus criant l'absence d'une vraie mobilisation en faveur de la prévention, elle aussi très efficace, mais qui piétine en France. En effet, la diminution du nombre des décès par infarctus s'explique essentiellement par les progrès en curatif, pas en préventif.

La prévention de l'infarctus piétine

Cette absence de prévention explique la stabilité du nombre de nouveaux infarctus chaque année en France, autour de 120.000 par an. Ce chiffre est d'autant plus terrible qu'il concerne des sujets de moins de 65 ans dans la moitié des cas... Des personnes comme vous et moi, qui ne se doutent de rien et qui ne perçoivent leurs risques que pour 17% d'entre eux. L'infarctus est, pour la plupart des gens à qui cela arrive, une totale surprise

Cette surprise est d'autant plus désolante que 90% des infarctus sont évitables. Les facteurs de risque sont bien connus :

  • 1. l'excès de cholestérol,

  • 2. le tabagisme,

  • 3. le stress,

  • 4. l'obésité abdominale,

  • 5. l'hypertension artérielle,

  • 6. les apports quotidiens insuffisants en fruits et légumes,

  • 7. le manque d'exercice physique,

  • 8. le diabète.

PUB
PUB

La prévention n'est pas encore assimilée car les messages ne sont pas assez pratiques

Ces facteurs de risque peuvent tous être prévenus Alors pourquoi le sont-ils si peu ? Notre hypothèse est que les messages qui sont diffusés ne sont pas assez pratiques. Par exemple, tout le monde sait que pour prévenir l'infarctus, il faut arrêter de fumer. Mais combien savent que diminuer sa consommation de cigarettes est également très efficace et réduit le risque d'infarctus de manière proportionnelle au nombre de cigarettes résiduelles ? Des méthodes simples existent pour y parvenir, mais elles sont trop peu connues. Il s'agit de remplacer le maximum de cigarettes par des gommes à la nicotine, voire par un patch.

Qui ne sait pas qu'il faut manger 5 fruits et légumes par jour ? Oui, mais combien savent que les jus de fruits et de légumes frais sont aussi efficaces ?

Tout le monde sait qu'il est bon de faire du sport. Exact, mais il n'est nul besoin de devenir un grand sportif pour en tirer bénéfice : diminuer la sédentarité est déjà très efficace.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 25 Septembre 2006 : 02h00
Source : Fédération Française de Cardiologie : www.fedecardio.com ; Philippe Presles et Catherine Solano " Prévenir - Alzheimer, cancers, infarctus et vivre en forme plus longtemps ", Robert Laffont, 2006.
PUB
PUB
A lire aussi
Prévention de l'infarctus : les moyens méconnusPublié le 15/05/2006 - 00h00

Pour prévenir l'infarctus et l'accident vasculaire cérébral, il faut bien sûr agir sur les facteurs de risques comme le tabac, le cholestérol, l'hypertension, le diabète, etc. Il existe aussi des moyens simples qui permettent de se protéger. Le point avec e-sante.fr et le Dr Philippe Presles,...

Sensibiliser aux maladies cardiovasculairesPublié le 04/11/2010 - 14h51

Les maladies cardiovasculaires sont aujourd’hui la deuxième cause de mortalité en France, après le cancer. Afin de sensibiliser à ces affections, dont la gravité reste souvent méconnue, la Fédération française de cardiologie organise du 30 octobre au 7 novembre 2010 le deuxième...

Maladies cardiovasculaires : les femmes aussi !Publié le 23/06/2004 - 00h00

En France, une femme sur trois meurt des suites directes d'une maladie cardiaque ou d'une attaque cérébrale. Dans la majorité des cas, il n'existe aucun signe précurseur. Autant dire que contrairement aux idées reçues, les femmes ont tout autant à craindre des maladies cardiovasculaires que...

Plus d'articles