Seul à Noël : comment ne pas déprimer ?

Noël et le nouvel an sont généralement synonymes de grandes tablées joyeuses et de retrouvailles. Toutefois, les fêtes de fin d’année ne sont pas aussi animées pour certains. Éloignement géographique, séparation, deuil, clan restreint, disputes familiales… ces festivités riment pour eux avec solitude. Alors, comment ne pas déprimer si on est seul à Noël ?
© Istock

Pourquoi passer Noël et le nouvel an seul est si difficile ?

Alors que vos voisins, vos collègues, vos amis jonglent entre la décoration du sapin, les achats de Noël et la composition du menu de la Saint-Sylvestre, vous n’avez pour votre part aucune préparation à faire. Il n’est pas facile de l’avouer, mais vous allez passer les fêtes seul... Et cette solitude à venir le 24 ou le 31 décembre vous met le moral en berne. Mais pourquoi être en solo ces soirs-là est si dur ?

Pour Boris Charpentier, psychologue et coach, le sentiment de solitude est exacerbé par le poids social de ces événements. Il explique “la norme sociale est de passer Noël en famille (la famille idéale qu’on voit sur les publicités) et le nouvel an avec ses nombreux amis, et certainement pas de rester seul. Le moindre problème relationnel avec l’un des membres de sa famille prend plus d’ampleur pendant cette période. Si on l’on a été confronté à la perte d’un être cher ou à une séparation impactant la famille alors il y a de fortes chances pour que les émotions en lien avec ce deuil/cette séparation réapparaissent pendant la période des fêtes”. 

L’expert ajoute “Les attentes démesurées et inatteignables qu’on peut avoir des fêtes sont créées dès l’enfance par les contes populaires et renforcées chaque année par un matraquage médiatique. Plus les attentes sont élevées ou se rapprochent de la perfection et plus il est difficile de les combler, car la réalité est telle que les choses sont rarement parfaites... On peut alors facilement imaginer combien la frustration sera grande”. 

Les épisodes dépressifs renforcés par les fêtes

Les reportages au journal télé, les téléfilms de Noël, les articles dans les magazines… tout semble nous indiquer que nous devons terminer l'année comme dans un conte de fées… indépendamment de notre réalité. Et finalement que l’on soit seul ou entouré, ce discours récurrent peut être pesant pour de nombreux individus, surtout s'ils connaissent déjà des difficultés émotionnelles

Le psychologue explique “Les épisodes dépressifs tendent à se renforcer pendant les fêtes à cause des attentes très fortes que les individus ont vis-à-vis d’eux-mêmes, mais aussi souvent vis-à-vis des autres”. Il poursuit “Pour ceux qui sont déjà en train de traverser un épisode dépressif ou encore qui doivent gérer un sentiment de tristesse et un ralentissement psychomoteur au sens large, il est d’autant plus difficile de gérer ce stress supplémentaire et d’atteindre les exigences correspondant à la norme sociale de cette époque de l’année. Cela renforce leur sentiment d’impuissance et par conséquent d’auto dévalorisation”.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Merci à Boris Charpentier, psychologue et coach. 
Vous pouvez le joindre sur son site internet.