Règles : pourquoi l'aspirine est à éviter en cas de douleur

Certaines adolescentes et jeunes femmes ressentent des douleurs dans le bas-ventre pendant les règles. On parle alors de dysménorrhée. À quoi sont-elles dues ? Peut-on soulager les douleurs de règles avec de l’aspirine ?
© Istock
Sommaire

 

Douleurs de règles : les causes

Crampes et spasmes ressentis dans le bas du ventre, parfois même le dos et les cuisses... Les règles peuvent provoquer de vives souffrances, appelées dysménorrhée. 50 à 70% des adolescentes reconnaissent avoir des menstruations douloureuses de façon permanente ou occasionnelle. Une recherche scientifique néerlandaise publiée le 28 juin 2019 révélait que les femmes perdaient 9 jours de productivité par an à cause de ces dernières.

Sur les 32 748 participantes âgées de 15 à 45 ans interrogées pour cette étude, près de 14% ont reconnu avoir au moins manqué un jour de travail ou d'école de leurs menstruations. 3,4% d'entre elles ont même été absentes pendant toute la durée des règles.

Règles : mais pourquoi a-t-on mal ?

La peine ressentie par les femmes pendant les règles s’explique par une hyper-contractilité des muscles utérins. En effet, pendant cette période, ces derniers se contractent pour éliminer la muqueuse utérine. Les spasmes, dans le cas d’un utérus hyper-contractile, peuvent provoquer des douleurs importantes dans le bas-ventre.

Toutefois, on distingue deux types de dysménorrhée :

La dysménorrhée primaire

La dysménorrhée primaire apparaît à l'adolescence. Elle n'est pas causée par un trouble gynécologique. Les douleurs proviennent d'une surproduction de prostaglandines par la muqueuse utérine au moment des règles. Cette substance chimique provoque des contractions utérines et par effet domino de la souffrance.

La dysménorrhée secondaire

La d ysménorrhée secondaire survient à l'âge adulte chez des femmes qui n'avaient auparavant pas ou peu mal pendant leurs règles. La douleur est généralement accompagnée d'autres symptômes comme des saignements entre les règles, règles anormalement abondantes, douleurs lors des rapports sexuels, fièvres etc. Il peut alors s'agir d'un trouble gynécologique comme une endométriose, un fibrome utérin ou encore des polypes à l'endomètre. En présence de ces signes, il convient de consulter son médecin ou son gynécologue pour que soit posé le bon diagnostic.

Il est aussi recommandé de voir un spécialiste quand la douleur s'aggrave, dure plusieurs jours ou encore à un retentissement sur la vie quotidienne.

Probiotiques : Les meilleurs PROBIOTIQUES du marché !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.