Régime PSMF

© Istock

Cet acronyme est en fait le titre d’un ouvrage : « Protein Sparing Modified Fast » publié dans les années 70 par Georges Blackbum, chercheur à l’Université de Harvard aux États-Unis et qui travaillait sur les besoins du corps en protéines pendant un jeûne, et ce dans la perspective de préserver la masse musculaire.

En est issue une méthode de régime hyperprotidique qui a toujours, hélas, un certain succès.

Publicité

Principes du régime PSMF

  • On supprime tous les aliments qui contiennent des glucides : pain, céréales, fruits, sucre, produits et boissons sucrées.
  • On limite au maximum les graisses mais on a droit quand même à 20 g d’huile ou de beurre chaque jour.
  • On mange essentiellement des aliments riches en protéines : toutes les viandes, les volailles et les poissons maigres, les œufs (tout cela cuisiné nature) et le fromage blanc maigre. Les quantités sont calculées par le médecin de façon à apporter au minimum 1,5 g à 2 g de protéines par kilo de poids idéal.
  • On a droit à certains légumes : asperge, artichaut, aubergine, choux, laitue, tomate, carotte, poivron.
  • On peut assaisonner avec du sel, du poivre, de la moutarde, des édulcorants.
  • On boit de l’eau, du thé et du café.

Les trois repas doivent être pris à heures fixes.

On doit faire de l’exercice (vélo, natation, jogging) en même temps, au moins pendant 30 minutes par jour.

L’objectif est de maintenir la sécrétion d’insuline à un taux le plus bas possible.

La perte de poids doit être au minimum de 5 kg par mois.

Avantages du régime PSMF

  • Ce régime étant très hypocalorique, on maigrit inévitablement.
  • On n’a pas beaucoup de cuisine à faire.

Guide: 

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Lundi 10 Mars 2014 : 15h45
Mis à jour le Mardi 11 Mars 2014 : 15h46
PUB
PUB