Quelle est la meilleure saison pour naître ?

Printemps, été, automne ou hiver, à quelle saison faut-il naître pour grandir en bonne santé ? La littérature foisonne de publications ayant tenté de répondre à cette question. Mais les données sont souvent très contradictoires et les conclusions parfois difficiles à formuler. Que peut-on retenir ?
Publicité

Nombre de scientifiques ont tenté d'établir des relations entre certaines maladies, comme la schizophrénie, l'allergie ou la sclérose en plaques, et le mois de naissance. Le Quotidien du médecin en propose un bon aperçu.

Concernant la schizophrénie, certains travaux étayent l'impact de la saison de naissance : de janvier à mars dans l'hémisphère nord et de juillet à septembre dans l'hémisphère sud. Toutefois, soulignons que d'autres analyses sur ce sujet ne trouvent pas d'association saisonnière particulière. Pour revenir à la première hypothèse, selon les spécialistes, elle suggère une relation avec l'effet d'une infection virale au cours du deuxième trimestre de grossesse, c'est-à-dire au moment où le système nerveux central se développe. D'où l'importance de vacciner les femmes enceintes à risque contre la grippe. Ce phénomène ne serait pas spécifique à la schizophrénie, mais pourrait concerner divers troubles mentaux

Publicité
Publicité

Dans la narcolepsie (un trouble du sommeil caractérisé par des endormissements subits dans la journée), une analyse met en évidence un risque accru chez les sujets nés en mars, et, à l'inverse, un risque plus faible pour les naissances en septembre. Cette saisonnalité suggère la présence de facteurs environnementaux agissant en combinaison avec les facteurs génétiques durant la période foetale ou périnatale.

Quant à la sclérose en plaques, le risque serait plus important chez les natifs de novembre et plus faible en cas de naissance en mai. Une telle donnée pourrait être utilisée en prévention, comme par exemple en planifiant une naissance en cas de susceptibilité génétique à la sclérose en plaques.

Concernant les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin, les études sont nombreuses, mais contradictoires. Aucune conclusion ne peut actuellement être tirée quant à une association avec la saison de naissance et l'incidence de ces pathologies.

Et enfin, le mois de naissance peut influencer le risque de développement des maladies allergiques. La prévalence de l'asthme est plus importante chez les enfants nés en novembre et décembre. Celui de la rhinite allergique chez ceux nés en entre août et octobre et celle de la conjonctivite en décembre et janvier. Pour l'eczéma, aucune relation n'a été notée. Ainsi, du mois de naissance peut dépendre le développement de tel ou tel type d'allergie, mais attention, uniquement chez les sujets prédisposés !

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 12 Avril 2005 : 02h00
Source : Le Quotidien du médecin, 24 mars ; Prescrire n°244, novembre 2003.