Protéger son coeur en mangeant

Notre société souffre de ses excès alimentaires : trop, trop salé et trop gras débouche sur diabète, obésité et pathologies vasculaires. Manger peu, équilibré et sain, tel est le credo de ceux qui ignorent tout des maladies cardiovasculaires. Alain Hagège, cardiologue, nous donne quelques conseils pour préserver nos artères et notre coeur.
Publicité

e-santé : Manger souvent des légumes est bon pour le coeur. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?

Dr A. Hagège : On sait que d'une manière générale certaines vitamines dites antioxydantes (c'est-à-dire qu'elles protègent le cholestérol sanguin de l'oxydation qui entraîne son dépôt sur les parois des artères) protègent du risque d'infarctus. Il en est probablement ainsi de la vitamine E qui est contenue dans les légumes et les fruits. Il en est de même pour l'acide folique ou plus simplement le potassium qui fait baisser la pression artérielle. Ces substances sont contenues préférentiellement dans les fruits et légumes.

Publicité
Publicité

e-santé : D'une manière plus générale, une bonne alimentation peut être très bénéfique pour le cœur. Quels conseils pouvez-vous nous donner ?

Dr A. Hagège : Une alimentation équilibrée pour le cœur est une alimentation qui aura des effets favorables sur le taux de cholestérol sanguin, avec baisse du mauvais cholestérol notamment. Dans ce but, il faut manger plutôt du poisson (au moins 2 fois par semaine pour diminuer le risque d'infarctus) que de la viande, plutôt de la viande blanche (poulet, veau…) que rouge (bœuf) qui est riche en mauvaises graisses. Il faut éviter les graisses dangereuses contenues dans les produits d'origine animale tels que les viandes grasses, le beurre, le jaune d'œuf, les charcuteries, les biscuits apéritifs, etc. Il faut aussi diminuer sa consommation de sel ; aujourd'hui, en France, nous sommes souvent à près de 10 g de sel par jour alors que 3 à 4 g sont suffisants ; il faut supprimer le sel de table car tous les aliments du commerce sont aujourd'hui trop salés. Quant au vin, un verre par repas protège des accidents cardiaques, mais une consommation plus importante a des effets délétères sur le reste du corps…

 
Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 27 Mai 2002 : 02h00