Pourquoi le risque de crise cardiaque augmente quand il fait froid

© Adobe Stock

Le nombre d’infarctus du myocarde serait plus élevé les jours de mauvais temps, en particulier lorsque la température extérieure descend en dessous de zéro.

PUB

Froid, vent, grisaille… Le mauvais temps signe le retour de l’hiver mais annonce aussi un risque plus élevé de crise cardiaque, selon des cardiologues de l’université de Lund (Suède). Dans l’étude qu’ils publient dans le JAMA Cardiology le 24 octobre 2018, ces chercheurs montrent que le nombre d’infarctus du myocarde est plus élevé les jours où la température est basse, le vent fort et le ciel couvert.

PUB
PUB

Plus d’infarctus quand la température est inférieure à 0°C

Les scientifiques se sont appuyés sur les données de santé de 274 029 patients suédois ayant fait une crise cardiaque ente 1998 et 2013. Ils ont ensuite analysé ces cas au regard des conditions météorologiques enregistrées par l’Institut suédois de météorologie et d'hydrologie le jour où les symptômes cardiaques étaient apparus.

Résultat : le nombre de cas quotidien d’infarctus du myocarde recensés en Suède augmente lorsque la température de l’air est froide, la pression atmosphérique est basse, la vitesse du vent est élevée et la durée d’ensoleillement est courte. "L’association la plus forte est observée pour la température de l’air, avec une incidence de l’infarctus du myocarde plus élevé les jours où la température extérieure est inférieure à 0°C et avec des taux d’infarctus du myocarde qui diminuent lorsque les températures remontent au-dessus des 3 ou 4°C" précisent les chercheurs dans leur publication.

Les effets biologiques du froid sur le coeur

Si les scientifiques ont mis en évidence une corrélation entre l’infarctus du myocarde et les conditions météorologiques, cette étude ne prouve toutefois pas l’existence d’un lien de cause à effet entre ces deux facteurs. Néanmoins, les effets négatifs du froid sur le cœur s'expliquent logiquement d'un point de vue biologique. "Chaque hiver, l’organisme doit mobiliser davantage d’énergie pour contrer les effets du froid et maintenir la température du corps. Pour cela, le cœur se met à battre plus rapidement, sa consommation d’oxygène augmente et les vaisseaux se contractent, favorisant la coagulation du sang. Par ailleurs, le froid est aussi une source de déshydratation, ce qui réduit la fluidité du sang et demande plus d’effort au cœur pour fonctionner" rappelle ainsi la Fédération Française de Cardiologie sur son site internet.

Pour limiter les effets du froid sur votre cœur, adoptez les bons réflexes suivants :

  • Couvrez-vous chaudement, en particulier les extrémités et la tête
  • Evitez les effortsbrutaux dans le froid sans échauffement préalable
  • Limitez vos activés en cas de pic de pollution associé à des températures froides
  • Soyez attentif au moindre symptôme (sensation d’oppression dans la poitrine, palpitation, essoufflement ou douleur thoracique à l’effort, vertiges) et consultez un médecin sans tarder.
Publié par Laurène Levy, journaliste santé le Vendredi 02 Novembre 2018 : 12h09
Source : Association of Weather With Day-to-Day Incidence of Myocardial Infarction. Mohammad et al., 24 octobre 2018, JAMA Cardiology doi:10.1001/jamacardio.2018.3466 
Les températures chutent protégez votre cœur. Fédération Française de Cardiologie, 6 décembre 2016 

PUB
PUB

Contenus sponsorisés