Opioïdes : les Français de plus en plus dépendants

© Istock

En France, la consommation d'opioïdes ne cesse d'augmenter. Des produits qui exposent à un fort risque de dépendance et à de nombreux effets secondaires. 

Publicité

Vers une crise des opioïdes en France ? Pas impossible selon les professionnels de santé. Depuis plusieurs années, la consommation d'opioïdes médicamenteux ne cesse d'augmenter dans l'Hexagone. Ces produits, indiqués dans le traitement de la douleur, exposent à un risque de dépendance et à de nombreux effets secondaires.

Les traitements contre la douleur sont classés en trois catégories.

Publicité
Publicité
  • Les antalgiques de palier I : le paracétamol, l’acide acétylsalicylique (aspirine) et les autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène par exemple); ils sont indiqués dans le traitement des douleurs d'intensité légère à modérée.
  • Les antalgiques de palier II ou opioïdes "faibles" : codéine, tramadol; ils sont indiqués dans le traitement des douleurs d'intensité modérée à intense.
  • Les antalgiques de palier III ou opioïdes "forts" : morphine, fentanyl, oxycodone; ils sont indiqués dans le traitement des douleurs d'intensité intenses et/ou rebelles aux antalgiques de niveau plus faible.

Bien que le paracétamol reste prédominant dans le traitement des douleurs en France, une augmentation de la consommation des antalgiques de niveau supérieur s'observe depuis plusieurs années. C'est le constat d'une étude publiée dans le British Journal of Clinical Pharmacology, en 2018.

Une consommation en hausse

La consommation de tramadol et de codéine ont respectivement augmenté de 62 % et 42 %, entre 2006 et 2015. Ces opioïdes "faibles" exposent à des nausées, des constipations ou encore à des convulsions.

La codéine a fait la une de l'actualité l'année dernière après plusieurs décès d'adolescents, survenus à la suite de surdosages. Ceux-ci avaient consommé du purple drank, un cocktail à base de soda et de sirop codéiné, vanté pour ses propriétés euphorisantes. Depuis ces drames, les préparations à base de codéine sont délivrées uniquement sur ordonnances.

L'étude pointe également la forte hausse de la consommation d'opioïdes "forts", qui exposent à un fort risque de dépendance. En l'espace de neuf ans, l'usage de l'oxycodone a bondi de 613 %. Quant au fentanyl, par voie orale ou intraveineuse, il a vu sa consommation augmenter de 263 %.

En obtenir par tous les moyens

En Europe, la France reste toutefois le pays avec la consommation d'opioïdes "forts" la plus faible. Aux Etats-Unis, ces médicaments sont au contraire au centre d'une véritable crise sanitaire.

Les personnes en manque sont même de plus en plus nombreuses à obtenir ces opioïdes auprès de vétérinaires, selon une étude à paraître en septembre 2018 dans l'American Journal of Public Health. Parmi les 189 vétérinaires américains interrogés,13% savaient qu'un client avait intentionnellement blessé ou rendu malade un animal afin d'obtenir des médicaments opioïdes.

Publié par Aline Garcin, journaliste santé le Lundi 13 Août 2018 : 16h00
Source : Trends in analgesic consumption in France over the last 10 years and comparison of patterns across Europe, Karima Hider-Mlynarz, Philippe Cavalié, Patrick Maison, British Journal of Clinical Pharmacology, 2018
Prise en charge des douleurs de l’adulte modérées à intenses, ANSM, consulté le 13 août 2018
PUB
PUB