Migraine : manger du poisson gras réduit les crises

La migraine - qui touche 15% de la population mondiale - peut être très handicapante. Un migraineux sur 4 reconnaît que ce trouble a un impact sur sa vie personnelle et professionnelle. Une récente étude américaine semble avoir une solution pour réduire les crises : manger du poisson gras.
Migraine : manger du poisson gras reduit les crises

La migraine est un mal de tête pulsatile survenant le plus souvent par crises. La douleur est présente que d’un seul côté du crâne. Sous sa forme la plus sévère, elle peut être accompagnée de nausées, de vomissements, d'une hypersensibilité à la lumière et au bruit. 

Pour la moitié des migraineux, la crise dure moins de six heures. Toutefois, elle dépasse 24 heures chez 15% des malades.

Les traitements prescrits par les médecins ne suppriment pas totalement les crises, mais ils diminuent leur fréquence ou leur intensité. Selon une nouvelle étude américaine publiée dans la revue scientifique The BMJ, avoir un régime riche en poissons gras peut être un moyen de réduire les migraines. On détaille dans notre diaporama les aliments qui pourraient calmer la maladie. 

Les poissons gras, des anti-migraineux ?

Les chercheurs du National Institute on Aging (NIA) et du National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism (NIAAA) ont cherché à déterminer l’impact des acides linoléiques sur les migraines en suivant 182 malades. Pour eux, cet acide gras polyinsaturé - présent dans les  huiles de tournesol, de soja, de noix ou encore de chanvre - enflamme les tissus et les voies de traitement de la douleur liée à la migraine dans le nerf trijumeau (le plus grand et le plus complexe des 12 nerfs crâniens du corps).

Au cours de ses travaux, l’équipe a également découvert qu'un régime faisant l'impasse sur ces huiles végétale, mais riche en oméga-3 (comme ceux que l'on trouve dans les poissons gras), pouvait apaiser la douleur et les crises.

Les participants devaient suivre un régime précis pendant 16 semaines. Un groupe s’est vu assigner un menu composé principalement de poissons gras et faible en acide linoléique. Le deuxième avait un programme riche aussi bien en oméga 3 qu'en huiles végétales. Le troisième, reposait sur un régime ayant une teneur élevée en acides linoléiques et pauvre en oméga-3.

Les résultats montrent que le régime pauvre en huile végétale et riche en poisson gras a réduit entre 30 et 40 % le nombre total d'heures de maux de tête quotidiennes et mensuelles par rapport aux autres groupes. Leurs échantillons de sang présentaient par ailleurs des niveaux inférieurs de lipides liés à la douleur. Toutefois, malgré la réduction de la fréquence des céphalées et des souffrances, ces mêmes participants n'ont signalé que des améliorations mineures de la qualité de vie globale liée à la migraine par rapport aux autres patients.

"Cette recherche a trouvé des preuves intrigantes que les changements alimentaires ont le potentiel d'améliorer une douleur chronique très débilitante comme la migraine sans les inconvénients connexes des médicaments souvent prescrits", a expliqué le professeur Luigi Ferrucci, directeur scientifique de la NIA.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/migraine/diagnostic-traitement
https://medicalxpress.com/news/2021-07-diet-fish-fats-vegetable-oils.html
https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/migraine