L'ancien président américain Jimmy Carter opéré

Le pouvoir ne protège pas des accidents de la vie. L'ancien président américain Jimmy Carter a été hospitalisé lundi dernier après s'être cassé une hanche. Il a dû être opéré.
© Istock

L'ancien président américain Jimmy Carter a été opéré de la hanche. Sa fondation, le Carter Center, a expliqué dans un communiqué que l'homme de 94 ans est tombé chez lui à Plains, en Géorgie et s'est cassé la hanche "alors qu'il partait chasser la dinde sauvage ce (lundi) matin". Il a dû subir une intervention. L'organisation assure dans son message qu'elle "s'est bien passée".

Interrogé par le New York Times, le docteur David Drucker chirurgien orthopédique au Center for Joint Reconstruction du centre hospitalier de Staten Island (New York) a expliqué les conséquences de ce type de blessure. "Le rétablissement du président Carter dépend beaucoup du lieu où la blessure a été causée".

Il estime "même en prenant son âge en compte, il pourrait récupérer relativement bien. Toutefois cela dépend du lieu de la cassure et si le président a des problèmes médicaux antérieurs comme de l'ostéoporose ou de l'arthrite". Par ailleurs, il "aura besoin de rééducation physique - la clé du succès est de mettre le président sur pied le plus vite possible".

Les fractures de la hanche, fréquentes chez les seniors

Une fracture de la hanche correspond à une cassure de l’extrémité supérieure (ou proximale) du fémur. Elle entraîne des douleurs importantes et l’impossibilité de se relever ou de s’appuyer sur la jambe. Ce type de blessure est une urgence chirurgicale. Selon les cas, le chirurgien peut immobiliser l’os fracturé ou poser une prothèse de hanche.

En France, les fractures du col du fémur ont été à l’origine de 76 100 hospitalisations personnes âgées de 65 ans ou plus en 2014 . Par ailleurs, trois fois plus de femmes que d'hommes ont été prises en charge. Les femmes ont plus de risque de se fracturer une hanche lors d'une chute car elles sont plus touchées par l’ostéoporose, maladie entraînant une fragilisation des os.

L'OMS rappelle de son côté "C’est chez les 5-34 ans d’une part et les plus de 75 ans d’autre part que la fréquence des traumatismes des membres est la plus élevée. Les chutes représentent le risque maximal pour les personnes âgées, alors que ce sont les accidents de la route pour les adolescents et les jeunes adultes".

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.