La pilule contraceptive offrirait “une protection contre le coronavirus”, selon une étude

Selon une nouvelle étude menée par le King's College London, les femmes qui prennent la pilule sont moins susceptibles de développer une forme sévère du COVID-19. Par contre, celles qui sont ménopausées, ont plus de risques d’en souffrir.
© Adobe Stock
Sommaire

Depuis l’apparition de nouveau coronavirus, le monde médical cherche un traitement ou un vaccin contre le COVID-19. Si les recherches n’ont pas encore aboutis, une étude menée par l’établissement britannique King's College London a une nouvelle piste de travail : la pilule contraceptive

La pilule contraceptive semble offrir une protection contre le COVID-19

Les chercheurs londoniens ont analysé les données de près de 600 000 femmes ayant utilisé l’application COVID Symptom Study app entre le 7 mai et le 15 juin 2020. Les utilisateurs doivent indiquer tous les jours comment ils se sentent et les symptômes dont ils souffrent et s'ils ont été testés. 

En épluchant ces nombreuses données, les scientifiques ont découvert que les femmes qui prennent une pilule contraceptive combinée, avaient moins de risques d’avoir le COVID-19 que celles qui ne suivent pas ce type de traitement.

Dans le détail, elles étaient 13% moins susceptibles de développer la maladie venue de Chine. Elles avaient également 21% moins de risques d’être hospitalisées

La pilule contraceptive combinée contient des formes synthétiques des hormones œstrogène et progestérone, alors que la minipilule est uniquement à base de progestérone. Ce traitement empêche l'ovulation en maintenant des taux d'hormones constants. En effet, les taux d’œstrogène de ses utilisatrices fluctuent moins. Or, depuis le début de l’épidémie, plusieurs travaux semblent indiquer que cette hormone pourrait avoir un rôle protecteur face au coronavirus.

Covid-19 : la ménopause augment le risque d’avoir une forme sévère

La même recherche, publiée sur le site medRxiv en attendant la validation par des pairs, offre des nouvelles plus inquiétantes pour les femmes ménopausées

Les résultats indiquent que les participantes ménopausées avaient 22% plus de risques d’avoir les symptômes de la pathologie liée au SARS-COV-2 par rapport à celles qui étaient toujours réglées.


Les femmes ménopausées étaient également plus susceptibles d’être hospitalisées ou de séjourner en unité de soins intensifs, un signe des formes sévères du COVID-19. 

Comme la pilule contraceptive, les Traitements Hormonaux Substitutifs (THS) - des médicaments contenant des œstrogènes artificiels pour aider à soulager les symptômes de la ménopause, tels que les bouffées de chaleur - semblent avoir une incidence sur le SARS-COV-2. Si la prise du médicament était associée à une augmentation du risque d’avoir le COVID-19, son utilisation semblait réduire la gravité du COVID-19 chez les femmes ménopausées, car elles étaient moins susceptibles d'avoir besoin de soins hospitaliers.

“Nous avons émis l'hypothèse que les femmes pré-ménopausées avec des niveaux d'œstrogènes plus élevés auraient un COVID-19 moins grave que les femmes du même âge étant ménopauses, et nos résultats l'ont confirmé. De plus, lorsque nous avons comparé un groupe plus jeune de femmes sous pilule contraceptive orale combinée (COCP) avec un groupe similaire ne la prenant pas, nous avons constaté un COVID moins sévère parmi celles prenant le contraceptif, suggérant que les hormones du traitement pourraient offrir une certaine protection contre le COVID- 19” explique l’auteure principale de la recherche, le Dr Karla Lee. Alors que certains scientifiques pointent du doigt des limites dans l'expérience et les conclusions de son équipe, l’experte reconnaît : "des recherches supplémentaires sont certainement nécessaires pour approfondir les travaux".

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.