Peut-on retarder l'âge de la ménopause ?

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 21 Août 2006 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 16 Juin 2017 : 10h17

Selon une étude récente, le fait de présenter des facteurs de risque cardiovasculaire, notamment une hypertension ou un excès de cholestérol, avancerait l'âge de la ménopause. En conséquence, surveiller de près sa tension et son taux de cholestérol pourrait contribuer à retarder l'âge de la ménopause.

PUB

Ménopause et maladie cardiovasculaire : qu'en est-il ?

PUB
PUB

La ménopause a été associée à l'installation ou l'aggravation de certains facteurs de risque cardiovasculaire. Il y a également eu une polémique à propos du traitement hormonal substitutif (THS) de la ménopause, celui-ci ayant été accusé d'accroître le risque de maladies cardiovasculaires. Mais en considérant les dernières études publiées sur ce sujet, cette relation a été revue à la baisse. Et selon les dernières recommandations de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) : « le THS ne protège pas du risque de maladies cardiovasculaires. Dans certains cas, il pourrait même l'augmenter ».

Des chercheurs en sont venus à se demander si l'augmentation du risque cardiovasculaire était due à l'apparition de la ménopause ou inversement.

La réponse à cette question a été trouvée grâce à une population de 700 femmes suivies depuis 1948 (étude Framingham). De nombreuses données ayant été régulièrement collectées, l'âge de la ménopause de ces femmes était connu, ainsi que leur tension artérielle, leur taux de cholestérol ou encore leur poids avant la ménopause, soit trois facteurs bien connus du risque cardiovasculaire.

Les femmes qui avaient les taux de cholestérol les plus élevés avant la ménopause étaient celles qui ont eu une ménopause à un âge précoce. Il en est de même de la tension artérielle et du poids.

Inversement, toute baisse du taux de cholestérol correspondait à une ménopause plus tardive. Cette relation existe également, mais à un moindre degré, avec la tension artérielle. Quant au poids, toute baisse pondérale est, à l'opposé, associée à une avancée de l'âge de la ménopause.

En conclusion, ce sont les maladies cardiovasculaires et leurs facteurs de risque qui avancent l'âge de la ménopause et non l'inverse.

Il s'agit là d'une excellente raison supplémentaire de surveiller et corriger son taux de cholestérol, sa tension artérielle et son poids

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 21 Août 2006 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 16 Juin 2017 : 10h17
Source : Kok H.S. et coll., J. Am. Coll. Cardiol., 47 : 1976-83, 2006.
PUB
PUB
A lire aussi
Interview : les femmes aussi ont un coeurPublié le 31/12/2003 - 00h00

Non, le cancer du sein n'est pas la première cause de mortalité féminine, ce sont les maladies cardiovasculaires ! Dans les pays industrialisés, 1 femme sur 26 meurt du cancer du sein et 1 femme sur 2 meure d'une maladie cardiovasculaire. Ce phénomène est en forte progression. Pourquoi ne s'en...

Ménopause : les secrets du traitement hormonalPublié le 21/05/2007 - 00h00

La ménopause est un grand tournant dans la vie des femmes. Elle annonce la fin de la fertilité, s'accompagne d'un risque accru d'ostéoporose et de symptômes plus ou moins gênants comme les bouffées de chaleur. S'informer est le meilleur moyen d'apprivoiser les changements, notamment avec le...

Vitamine C : un coup de pouce pour le coeur ?Publié le 08/02/2010 - 00h00

Du fait de la fréquence des maladies cardiovasculaires, l'identification des facteurs préventifs est un enjeu important. De nombreuses données biologiques et biochimiques suggèrent que la concentration sanguine en vitamine C pourrait agir en tant que facteur protecteur.

Plus d'articles