La kérato-conjonctivite sèche chez le chien

Clignements fréquents des yeux, yeux rouges, écoulements oculaires et coloration blanchâtre ou bleutée de la cornée sont un ensemble de symptômes révélant une inflammation de la cornée et de la conjonctive de l'oeil de votre chien pouvant être consécutive à une « kérato-conjonctivite sèche ».
Publicité

Inflammation de l'oeil

La kérato-conjonctivite correspond à une inflammation de la cornée et de la conjonctive de l'oeil. Elle peut apparaître dans de nombreux cas et notamment lorsque les larmes sont présentes en quantité anormalement faible et ne peuvent de ce fait plus jouer leur rôle protecteur de la cornée qui s'assèche et s'enflamme. On appelle cette maladie « kérato-conjonctivite sèche ». Au début de la maladie, les yeux du chien sont rouges et tuméfiés. Des écoulements muqueux et/ou purulents apparaissent ensuite. Ces écoulements sont généralement secs et restent collés aux paupières, ce qui donne à l'oeil un aspect particulièrement sale. Il paraît sec et perd sa brillance. La cornée peut prendre une teinte blanchâtre ou bleutée et des petits vaisseaux sanguins apparaissent à sa surface. La douleur résultant de ses lésions induit un clignement des yeux du chien anormalement fréquent.

Publicité
Publicité

Une origine immunitaire

La kérato-conjonctivite sèche provient, comme son nom l'indique, d'une sécheresse excessive de l'oeil. En effet, lors de cette maladie, les glandes lacrymales et les glandes se situant sous la troisième paupière font l'objet d'une destruction par le système immunitaire du chien. Ces glandes ne peuvent donc plus assurer la production des larmes pourtant indispensables à la santé de l'oeil. L'origine de ce trouble du système immunitaire est inconnue. D'autres causes moins fréquentes de kérato-conjonctivite sèche chez le chien sont la maladie de carré, un traitement prolongé avec certains antibiotiques ainsi qu'un traumatisme de l'oeil. Votre vétérinaire diagnostique cette maladie notamment en procédant au test de « schirmer », consistant à mesurer la quantité de larmes produites en introduisant une petite bandelette de papier buvard entre l'oeil et la paupière. Le papier va alors se colorer sur une distance d'autant plus grande que la production de larmes est importante.

 
Publié par Anne Pensis, vétérinaire le Lundi 20 Février 2006 : 01h00