Je fatigue devant mon écran…Que faire ?
Publié le 15 Juillet 2013 à 11h35 par Carolina Gelitti, journaliste
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Quels types de troubles peut générer le travail sur écran ?

"Les écrans n’induisent aucune pathologie", indique le Dr Xavier Subirana, ophtalmologiste. "En revanche, ils engendrent un travail visuel important et présentent certaines particularités qui induisent pour les personnes fixant de longues heures leur écran un certain nombre de symptômes comme une sensation de fatigue visuelle en fin de journée, d’œil sec donnant l’envie de mettre des gouttes pour les humidifier et parfois même des maux de tête." Ces symptômes sont typiquement absents le matin puis se manifestent progressivement au fil des heures passées devant l’écran pour culminer en fin de journée. "Ils sont donc bien induits par l’effort visuel fourni devant l’écran, d’autant plus qu’ils disparaissent pendant les vacances."

Que faire si l'on souffre de fatigue oculaire liée à l'ordinateur ?

La première chose à faire est de consulter un ophtalmologiste pour vérifier s’il existe un trouble visuel. En premier, il est nécessaire de dépister un défaut de réfraction même très léger. Une toute petite hypermétropie, ou un petit astigmatisme, non gênants habituellement dans la vie quotidienne peuvent se révéler très pénible lorsque l’on fait travailler ses yeux avec beaucoup d’intensité. Il suffit alors de porter des lunettes corrigeant ce petit défaut lors du travail sur ordinateur pour soulager les symptômes.

En second, il convient d’éliminer un déséquilibre de la vision binoculaire. En effet, de nombreuses personnes ont un léger défaut de parallélisme des yeux (hétérophorie), qu’elles compensent facilement grâce à leurs muscles oculomoteurs. Mais devant un écran, cet effort permanent peut être source de fatigue.

La cause la plus fréquente de fatigue visuelle est l’insuffisance de convergence. Les yeux n’arrivent plus à converger suffisamment, or pour avoir une bonne vision binoculaire en vision de près il faut que les deux yeux convergent symétriquement vers le centre de l’écran.

Une autre cause de fatigue, après quarante ans, peut être la conséquence de l’apparition de la presbytie. Regarder de près nécessite une accommodation du cristallin, lequel fonctionne de moins en moins bien avec l’âge, induisant la presbytie qui nécessitera un port de lunettes en vision de près et donc devant l’écran.

Quelles sont les solutions pour ces personnes qui accommodent mal ?

On recourt à de l’orthoptie, c’est-à-dire que l’on propose aux patients des séances de rééducation au cours desquelles ils apprennent à maîtriser des mouvements pour retrouver une convergence normale. Une douzaine de séances sont généralement suffisantes, à raison de deux séances par semaine, remboursées par la Sécurité sociale sur prescription de l’ophtalmologiste.

Ainsi, en un mois et demi, les patients retrouvent une convergence complètement normale, éliminant les maux de tête et la fatigue visuelle. Cette rééducation est très efficace. Par contre, il est indispensable de poursuivre les exercices de rééducation chez soi, selon la fréquence indiquée par l’orthoptiste, car sans entraînement le problème reviendra.

En quoi consistent les exercices de rééducation ?

On utilise par exemple un instrument ressemblant à une aiguille à tricoter avec une boule à une extrémité. Le patient fixe cette boule que l’on rapproche progressivement du nez. On force ainsi les yeux à fusionner. On peut également utiliser un synoptophore, appareil qui présente deux images que le patient doit faire fusionner. Il existe toutes sortes d’autres outils pour la rééducation et même depuis peu des systèmes informatisés.

Que peut-on faire contre les yeux secs ?

Devant un écran le nombre de clignements par minute est réduit. Lors de la fixation du regard, les paupières se bloquent, et la fréquence de balayage du film lacrymal s’en trouve diminuée, ce qui augmente l’évaporation et favorise le dessèchement de la cornée. Ce problème d’œil sec est souvent aggravé par l’environnement des lieux de travail modernes, climatisés sans possibilité d’aération naturelle. La seule solution à ce problème d’hydratation est de mettre des larmes artificielles. À noter que ce phénomène des yeux secs est plus sensible chez les personnes qui portent des lentilles de contact souples.

Et si tout est normal, qu’aucun trouble visuel, même très léger, n’est retrouvé ?

Si tout est normal, il faut se poser la question de l’ergonomie du poste de travail, ce qui n’est pourtant que rarement prise en compte, surtout par les jeunes générations.

Un écran d’ordinateur ne doit pas être installé n’importe où. Il doit être bien positionné par rapport à la lumière : ni face à la fenêtre, car on est ébloui par la luminosité, ni le dos à la lumière qui génèrera des reflets sur l’écran. La position de l’écran par rapport aux yeux est essentielle : le haut de l’écran doit être au-dessous de la ligne des yeux regardant droit devant, le sujet étant assis en position de travail le dos droit. L’écran doit être légèrement incliné pour faciliter la vision de près.

Enfin, il est essentiel de faire très régulièrement des pauses dans la fixation car nos yeux ne sont pas habitués à un rythme soutenu d’images, comme celui qui est imposé aux enfants par les jeux vidéo. Il faut donc durant le travail sur écran penser à « décontracter » ses yeux en se forçant, régulièrement, à quitter l’écran des yeux pour regarder au loin quelques minutes, avant de reprendre le travail sur écran.