Grossesse : 167 000 Françaises sans sage-femme ni maternité

167 000 Françaises vivent dans un désert obstétrique. Selon le service statistique des ministères sociaux (Drees), ces 167 000 Françaises résident dans des communes considérées comme "sous-denses" en sages-femmes, et à 45 minutes ou plus de la maternité la plus proche. 
© Istock

Selon un communiqué du 24 janvier 2019 de la Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques (Drees), 167 000 Françaises vivent dans un désert obstétrique.

13 000 communes "sous-denses" en sages-femmes

Les Françaises concernées résident dans des communes considérées comme "sous-denses" en sages-femmes, parce que ces communes regroupent les 12,5 % de la population ayant l'accessibilité la plus faible à ces professionnelles de santé, informe la Drees. Il existe environ 13 000 communes en France considérées comme "sous-denses" en sages-femmes. Cela représente 8,3 millions de personnes, dont 1,6 million de femmes âgées de 15 à 49 ans, dites "en âge de procréer", explique la Drees.

Diminution du nombre de maternités

La Drees explique que malgré le fait que les effectifs de sages-femmes aient augmenté de 3% par an entre 1999 et 2017, le nombre de maternités a diminué de près de 40 % en métropole entre 1996 et 2016. On est passé de 800 maternités à moins de 500 en 20 ans.

Ainsi, si on combine le fait d'habiter dans une commune considérée comme "sous-dense" en sages-femmes et de résider à plus de 45 minutes de la maternité la plus proche, la Drees constate que "1,5% de la population rencontre ces deux difficultés, soit 968 000 personnes, dont 167 000 femmes en âge de procréer."

Accouchement à domicile : comment ça se passe ?

Face à un accés difficile aux maternités, ou parce qu'ils trouvent le processus médical trop contraignant ou trop impersonnel, certains parents décident d'accoucher à domicile

En pratique, tout va commencer par trouver la partenaire la plus importante : la sage-femme.
Elle effectue en effet tout le suivi de grossesse, met au point le programme d’accouchement avec les parents, et est présente pendant tout le travail. C’est aussi elle qui va déterminer, grâce à sa formation poussée et à son expérience, si l’accouchement peut avoir lieu à domicile.

Cependant , l'accouchement à domicile n'est pas pour tout le monde. En effet, cette possibilité n'est offerte qu'à certaines conditions :

  • Une mère aussi en forme que possible : pas de chirurgie de l’utérus dans le passé, pas de maladies, etc.
  • Un bébé "au top" : sans maladie ou malformation qui pourrait poser un risque à l’accouchement, qui se présente dans le bon sens (tête en bas), etc.
  • Une grossesse qui s’est déroulée de manière idéale, sans alertes ou signes d'un problème.

A noter que l’accouchement à domicile est déconseillé en cas de grossesse multiple. Selon les études, le risque de complication est un peu plus élevé lors d’un accouchement à domicile.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Direction de la Recherche, des Etudes, de l'Evaluation et des Statistiques, Infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes et sages femmes : l'accessibilité s'améliore malgré des inégalités, 24 janvier 2019