Sage-femme : la consultation passe à 25 euros l’an prochain

© Istock

Le tarif de la consultation chez une sage-femme va augmenter en 2019. Les actes plus complexes ou réalisés en urgence vont également coûter plus cher.

Publicité

Changement de tarif pour les sages-femmes. Dès 2019, il faudra compter deux euros supplémentaires pour une consultation gynécologique. L'Assurance maladie a réussi à trouver un accord avec les deux principaux syndicats de sages-femmes libérales (ONSSF et UNSSF). Les discussions se tenaient depuis 9 mois autour d'une revalorisation des tarifs.

Publicité
Publicité

22.1 millions d'euros de gain pour les 5 400 sages-femmes libérales en France, c'est ce qu'indique l'Assurance maladie dans son communiqué.

Certains tarifs doublés

L'augmentation des tarifs pourra aller jusqu'au double du prix actuel, selon les actes. Comme pour les visites au cabinetdes médecins généralistes, les visites de sages-femmes seront facturées à 25 euros.

La rééducation du périnée coûtera désormais 21 euros au lieu de 19.60 euros actuellement. Cette petite augmentation contre-balance d'autres tarifs qui vont devenir beaucoup plus salés.

Désormais, il faudra compter 40 euros à la place des 21 euros initialement facturés en ce qui concerne les interventions en urgence le dimanche et jours fériés. Et pour un accouchement de nuit, les sages-femmes prendront 80 euros et non plus 40 euros comme cela était le cas.

De nouvelles choses possibles

Une première entre en vigueur. Les sages-femmes pourront maintenant réaliser la première consultation de contraception et de prévention des maladies sexuellement transmissibles pour les jeunes filles de 15 à 18 ans.

De nouveaux actes dès la déclaration de grossesse pourront désormais être effectués par une sage-femme, comme l'information sur les risques liés aux conduites addictives et sur les mesures de prévention.

Mais comme tout ne peut pas être rose, les sages-femmes voulant s'installer dans les zones "sur-dotées" devront attendre qu'une autre sage-femme parte. Par contre, pour les zones "sous-dotées" elles pourront compter sur des aides financières.

PUB
PUB

Contenus sponsorisés