Suivi de la femme enceinte : le bilan biologique

Publié le 25 Décembre 2018 par La Rédaction E-Santé
Le suivi de la femme enceinte nécessite des bilans biologiques réguliers. Ces bilans permettent de dépister des infections potentiellement graves pour le fœtus et d'anticiper d'éventuelles complications de la grossesse qui pourraient la transformer en grossesse à risque.
PUB
© Istock

Quels bilans biologiques faut-il faire au cours de la grossesse ?

Dès le diagnostic de grossesse établi par le dosage des bêta-HCG, un premier bilan biologique de dépistage s'impose. Ce bilan comporte la détermination du groupe, du rhésus et la recherche d'agglutinines irrégulières. En effet, les femmes ayant un rhésus négatif et ayant déjà eu une grossesse, une fausse couche ou une interruption volontaire de grossesse, peuvent avoir une grossesse à risque si le père est rhésus positif. Certaines maladies infectieuses doivent aussi être dépistées. Il s'agit de la toxoplasmose, du virus de l'immunodéficience humaine, du cytomégalovirus et de la rubéole. Une numération formule sanguin est également utile pour dépister des anomalies sanguines comme une anémie ferriprive ou des troubles de la coagulation. Au cours de la grossesse, d'autres bilans seront nécessaires, en particulier pour dépister des troubles urinaires et un diabète gestationnel.

PUB

Quelles sont les maladies qu'il faut dépister pendant la grossesse ?

Certaines maladies doivent être dépistées au cours de la grossesse, notamment des maladies infectieuses qui peuvent provoquer de graves malformations fœtales. La recherche se fait par des sérologies en début de grossesse et si la future maman n'est pas immunisée (la sérologie est négative), un contrôle mensuel devra avoir lieu pour s'assurer de l'absence de contamination pendant la grossesse. Il s'agit de la toxoplasmose, de la rubéole et du cytomégalovirus. Ces maladies peuvent provoquer de graves malformations cardiaques, neurologiques, ophtalmologiques et auditives. La listériose doit aussi être dépistée au moindre doute, c'est-à-dire en cas de fièvre et de troubles digestifs à type de diarrhées. L'apparition d'une fièvre, d'une altération de l'état général ou d’une fatigue inhabituelle doit faire rechercher l'une de ces maladies, un syndrome grippal ou une infection urinaire.

PUB

Que faire en cas d'anomalie du bilan biologique pendant la grossesse ?

À partir du cinquième mois de grossesse, la recherche d'un diabète gestationnel et le bilan urinaire doivent être réalisés tous les mois. En cas d'apparition d'une hyperglycémie sur le bilan biologique, une hyperglycémie provoquée par voie orale va être proposée à la femme enceinte. Cet examen va permettre de confirmer le diagnostic de diabète. Un régime alimentaire sera alors mis en route immédiatement, car des anomalies fœtales comme une macrosomie peuvent se produire. Si des anomalies du bilan urinaire sont décelées, un examen cytobactériologique des urines est pratiqué pour vérifier l'absence d'infection urinaire. Si l'une des sérologies toxoplasmose, rubéole ou CMV se positive pendant la grossesse, une échographie doit être réalisée et une interruption thérapeutique de grossesse peut éventuellement être proposée.

Source : Suivi et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées, Haute Autorité de Santé (HAS)
Le suivi médical de la grossesse, Santé Publique France
Surveillance de la grossesse par le médecin généraliste : le 1er trimestre, Parant et al.,  Département Universitaire de formation médicale continue et d'évaluation des pratiques professionnelles de Toulouse.