Gencive douloureuse : gingivite ou parodontite ?

Saignement, gonflement, douleurs et sensibilité de la gencive peuvent être des symptômes de maladies parodontales. Ne pas les prévenir et les ignorer expose à des complications plus ou moins sévères. Pourquoi et comment entretenir ses gencives ?
© Adobe Stock
Sommaire

Dès le plus jeune âge, le parodonte incluant notamment l’os alvéolaire dans lequel sont implantées les dents peut être source de souffrance. La percée des premières dents suivie de celle des dents de sagesse quelques années plus tard provoque de vives tensions au niveau de la gencive, partie visible du parodonte servant de bouclier contre les sources d’infections.

L’hygiène bucco-dentaire préconisée dès l’enfance, avec notamment l’apprentissage du brossage régulier et minutieux des dents, contribue à maintenir la  bonne santé des gencives. En avançant en âge, surtout à partir de 40 ans lorsque celles-ci peuvent commencer à se rétracter, de nombreux facteurs peuvent insidieusement détériorer la barrière protectrice de notre dentition. Non soignée, une simple gingivite - facilement identifiable et soignable - peut dégénérer en parodontite. Elle devient alors responsable de complications sévères dont le déchaussement progressif des dents au premier stade de la maladie. 

Quels sont les risques de contracter une gingivite ?

L'accumulation de plaque dentaire, dépots mous sur les dents renfermant des bactéries et des débris alimentaires, qui apparait lorsque le brossage des dents est insuffisant est la cause principale du développement de la gingivite. Des carrences en vitamines, une prothèse inadaptée, la consommation de tabac et /ou d’alcool peuvent être des facteurs de risque favorisant la gingivite. 

Les signes de ce trouble sont :

  • un gonflement ;
  • un saignement des gencives qui arborent alors un aspect lisse ; 
  • une sensibilité au contact d’aliments ;
  • une halitose (mauvaise haleine). 

D’autres facteurs sont aussi connus pour déclencher cette maladie bénigne. Il existe tout d'abord une prédisposition génétique aux problèmes paradontaux. Certaines pathologies (comme le diabète, le cancer ou le VIH), le stress, les changements hormonaux, les médicaments (antiépileptiques, anticoagulants, antirejet ou antihypertenseurs) provoquant une gingivite hypertrophique, peuvent contribuer aussi à une inflammation des gencives.

Comment guérir une gingivite, mais surtout la prévenir ?

Consulter un dentiste, un stomatologue ou un parodontologue régulièrement permet de détecter et d’analyser les causes de la gingivite.

Prévenir et soigner la maladie passe par l’instauration d’une discipline personnelle. Un détartrage annuel classique ou approfondi (surfaçage radiculaire) par un spécialiste, un brossage minucieux fréquent (deux à trois fois par jour) avec une brosse à dents et un dentifrice adaptés, des bains de bouches, le passage de brossettes ou de fil dentaire entre les dents permettent, en effet, d’éliminer les débris alimentaires et la plaque. 

Si la gingivite n’est pas traitée, elle peut alors évoluer en parodontite, second stade de la maladie parodontale qui n’est pas réversible. Elle implique une atteinte progressive des tissus osseux nécessitant des traitements réguliers chez le chirurgien-dentaire, et une prise en charge chirurgicale dans certains cas.

La parodontite : l’exacerbation de la gingivite

Quelles sont les causes de la parodontite ? Sans intervention, ni soins bucco-dentaires suffisants, la gingivite entraîne inexorablement une dégradation progressive du parodonte. L’inflammation ne s’étend plus seulement à la surface visible de la gencive, mais affecte le ligament parodontal ou desmodonte, le cément (tissu recouvrant la racine de la dent) et l’os alvéolaire. Des poches parodontales vont se former suite à l’ouverture du sulcus, un sillon situé entre la dent et la gencive dite libre. Ces poches - plus ou moins profondes en fonction du stade de la maladie, de sa progression et de l’état général de la personne affectée - deviennent alors réceptacles de bactéries et de tartre (plaque dentaire calcifiée). Peuvent en découler un déchaussement des dents, leur mobilité ou, malheureusement à terme, leur perte. 

Comment traiter une parodontite établie ?

À un stade peu avancé, il est encore possible de « sauver » l’os en assainissant le parodonte avec des soins extrêmement rigoureux permettant d’éliminer chez soi une partie de la plaque dentaire. Il s’avère que dans 80% des cas, une hygiène bucco-dentaire rigoureuse permet de mettre fin aux saignements et de controler la progression des poches avant l’atteinte osseuse.

Le traitement consistant en un détartrage et un surfaçage sera ensuite assuré par le professionnel. En plusieurs séances, il éliminera les bactéries localisées au niveau des racines puis le tartre des poches à l’aide d’instruments de précision (appareil à ultrason et curettes manuelles). Ce stade de parodontite se contrôle relativement bien, si bien entendu une hygiène bucco-dentaire rigoureuse est appliquée à la maison. La gencive nettoyée en profondeur se rétracte et forme à nouveau un bouclier protecteur autour de la dent sur le point de se déchausser.

Ne pas attendre avant ces interventions évite d’atteindre des stades beaucoup plus fâcheux contraignant à retirer les dents touchées. Plus grave encore et plus onéreux, le recours aux implants ou à la chirurgie (comme la greffe de gencive), peuvent être nécessaires pour pallier la perte osseuse responsable de l’édentation. À l’échelle mondiale, 10% de la population souffre de parodontites graves liées essentiellement à une mauvaise hygiène bucco-dentaire, mais également au tabagisme.

Mieux s’armer pour ne pas avoir à lutter contre le mal

Ne pas consulter ou négliger trop souvent les soins élémentaires a finalement un coût financier et un impact psychologique dès lors que des interventions lourdes sont à programmer. Depuis la nuit des temps, les civilisations cherchent à préserver leur capital dentaire.

Poudres additionnées de matières abrasives à l’instar des Égyptiens au IVᵉ siècle avant J-C, bâtonnets de siwak (racine d’arbuste) à mâcher faisant office de brosse à dents, cure-dents, pommades en pots et gels fluorés en tubes traduisent la préoccupation de l’Homme à conserver une dentition saine. Il est vrai que la mastication de la nourriture, mais aussi (sur un plan esthétique) un sourire radieux dépendent de la bonne santé des dents. Avec l’avancée des sciences, nous disposons aujourd’hui d’un panel d’outils pratiques, fiables et efficaces pour prendre soin de nos gencives au quotidien. À la maison, ou en déplacement, pourquoi s’en priver imprudemment ?

Molaires, incisives, canines frottées dans le bon sens, gencives épargnées des agressions ou encore confiance en son dentiste qui préconisera soins et conseils sont autant d’éléments pour entretenir notre précieuse dentition. Consulter et investir judicieusement dans du matériel utilisable au quotidien épargnera bien des contrariétés à la lumière des conséquences désastreuses des maladies parodontales !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Mots-clés : Dents, Parodontite, Gingivite
Source :