Stress, arrêtez de serrer les dents !

© getty

Tout le monde connaît l’expression « serre les dents, ça va passer », signifiant que la situation finira par s’arranger d’elle-même. Or serrer les dents en cas de stress est préjudiciable pour la santé des dents et des gencives. Hélas, « serrer les dents » est une réalité pour la plupart des nombreuses personnes stressées

PUB

Le stress est une cause de problèmes dentaires

Selon le Dr Gérard Vincent, chirurgien dentiste et intervenant au colloque de l’Union française pour la santé buccodentaire (UFSBD) sur la santé buccodentaire au travail, « le stress se retrouve très souvent au niveau dentaire ».

Pour première preuve, l’expression « serrer les dents » pour aider à dépasser une situation pénible. Or serrer les dents en réponse au stress « entraîne des complications dentaires, parodontales ou musculo-articulaires ». Et ces problèmes dentaires ont un impact négatif en termes d’esthétique et de souffrance physique et mentale. Alors avant de serrer les dents, pensez-y en ces termes !

PUB
PUB

Stress et autres complications dentaires

Le stress engendre aussi des détériorations parodontales, c’est-à-dire des tissus situés autour de la dent. Or l’atteinte de ces tissus peut précisément être à l’origine d’un déchaussement d’une dent. Certes, un implant dentaire permet de remédier à cette perte, mais en générant un stress supplémentaire physique et mental lié notamment aux soins, sans parler de l’aspect financier.

Les lésions du parodonte entraînent aussi des douleurs musculaires à l’origine de maux de tête et donc d’une consommation accrue de médicaments. A la clé, une perte de qualité de vie et d’efficacité professionnelle particulièrement.

Enfin, « serrer les dents » par stress peut entraîner « une compression articulaire qui risque de provoquer des acouphènes ». Ces sifflements permanents plus ou moins intenses et sans origine extérieure nuisent au sommeil et imposent la prise de somnifères. Au final, l’impact psychologique est très important.

Les troubles au niveau des articulations dentaires risquent aussi de « provoquer une luxation, une entorse dont la douleur nécessitera à nouveau la prise de médicaments, limitera l’ouverture buccale et entraînera finalement un arrêt de travail avec un traitement difficile de longue durée ». Pour finir, cette entorse articulaire peut s’aggraver en arthrose, très douloureuse, provoquant alors un handicap fonctionnel majeur.

Publié le 13 Janvier 2012 | Mis à jour le 16 Janvier 2012
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Colloque 2010 de l’Union française pour la santé buccodentaire (UFSBD), « La santé au travail, quelle place pour le bucco-dentaire ? », intervention du Dr Gérard Vincent, chirurgien dentiste, « Stress et troubles du sommeil : causes et conséquences bucco-dentaires ».