Faut-il craindre les poux de corps ?

Cousin du pou de tête, le pou de corps parcourt notre corps pour se nourrir. Vecteur de maladies infectieuses, la pédiculose corporelle frappe les populations en état de grande précarité. Le pou de corps est donc heureusement devenu rare dans notre pays.

PUB

De tête, du pubis, de corps : quels sont les différents types de poux ?

Les poux sont une variété d’insectes hématophages: ils se nourrissent du sang d’un hôte. Lorsque nous sommes infestés par des poux, on parle de “pédiculose”.

Chez l’homme, trois variétés de poux sont dénombrées:

PUB
PUB
  • le pou de tête (ou de cheveux; pediculus humanus capitis), certainement le plus connu et le plus redouté, par sa prolifération notamment en milieu scolaire;
  • le pou du pubis (ou morpion; phtirius pubis);
  • le pou de corps (pediculus humanus corporis, pour pédiculose corporelle).

Le pou de tête (1 à 3 mm) et le pou de corps ont une morphologie très similaire, le dernier étant cependant de taille un peu supérieure.

Comment attrape-t-on des poux de corps ?

La pédiculose corporelle est intimement liée aux grands drames humains: guerres, déplacements de population, catastrophes naturelles, grande pauvreté... Elle fit par exemple des ravages dans les tranchées lors de la Première Guerre Mondiale. Le pou de corps se déplace de vêtement infecté en vêtement infecté, où il se dissimule et pond ses œufs. Lorsque des individus vivant dans la promiscuité portent les mêmes habits pendant des semaines dans des conditions d’hygiène déplorables, des épidémies de poux de corps peuvent donc se déclencher. Les poux de corps sont liés à un manque d’hygiène, contrairement aux poux de tête. Le terme «pouilleux» trouve son origine dans les poux de corps.

Mots-clés : Poux, Poux du corps
Publié par Hugues Henry le Mercredi 10 Juin 2015 : 14h55
Mis à jour le Vendredi 12 Juin 2015 : 15h08
Source : Dr Tennstedt, Cliniques Universitaires Saint-Luc.
Les Carnets de l’Hygiéniste #3, janvier 2005 (Centre Hospitalier Régional de la Citadelle, Liège).
J.-C. Desenclos, A. Laporte, P. Brouqui, «Les infections humaines transmises par les poux», février 2011 (Revue Générale – Médecine et maladies infectieuses, Elsevier Masson).