Exercer sa mémoire au quotidien

À partir de la cinquantaine, toute baisse de mémoire nous inquiète, et on se demande s'il ne s'agit pas des prémices de la maladie d'Alzheimer. Mais avant d'en arriver là, il y a de la marge, et on peut ralentir les troubles de la mémoire grâce à certaines activités et en respectant quelques consignes. Suivez le guide.
PUB

Prévenir les troubles de la mémoire

Avec l'âge, notre mémoire nous joue de plus en plus de mauvais tours. Certains troubles sont bénins et relèvent du vieillissement normal de notre cerveau, d'autres sont les signes d'une démence comme la maladie d'Alzheimer. Ainsi, oublier le nom d'une personne que l'on a rencontrée la semaine dernière, perdre ses clés ou se tromper de couloir de métro, sont de petites aventures quotidiennes que l'on peut qualifier de normales. En revanche, utiliser un mot saugrenu au milieu des phrases, ranger ses clés au réfrigérateur ou oublier les prénoms de ses proches, sont des signes plus inquiétants. Si ce dernier cas relève de la consultation neurologique, les simples troubles peuvent être freinés en exerçant judicieusement et quotidiennement ses fonctions intellectuelles.

Ne pas se limiter aux jeux de logique

Tous les jeux tels que le Sudoku, les mots croisés, les échecs, le scrabble et autres jeux de société, sont excellents pour faire travailler la mémoire. Mais les connections cérébrales étant tellement variées et complexes, il convient de ne pas se limiter à un seul type d'exercice ou à une seule catégorie. Comme pour l'alimentation santé, il faut miser sur la diversité. Il est nécessaire d'entraîner notre cerveau de façon globale et donc de varier les activités sollicitant la logique, le raisonnement, le vocabulaire, les connaissances, etc. Ainsi, la lecture, le bricolage et toutes autres activités manuelles allant du tricot à la composition florale en passant par la peinture, sont particulièrement bénéfiques.

PUB
PUB

Cultiver et élargir les relations sociales

Une autre façon de faire travailler son cerveau dans sa globalité est de multiplier les activités sociales : rencontres, discussions, voyages, sorties culturelles, correspondance

Pratiquer une activité physique

Une activité physique modérée peut suffire, à condition qu'elle soit régulière. Pour certains elle sera douce comme la marche ou le yoga, d'autres encore préfèreront le jardinage ou encore la gym. A vous de choisir ce qui vous convient le mieux, mais il est impératif de bouger pour entretenir une bonne vascularisation de votre cerveau, lequel sera alors plus performant car bien alimenté en oxygène et en nutriments.

Bien dormir

Le sommeil contribue à tout âge au stockage des informations. Ainsi, une bonne mémoire nécessite un bon sommeil.

Zen

Attention à la dépression et à l'anxiété. En diminuant la concentration, ces affections affectent la mémoire. Il en est de même des médicaments tels que antidépresseurs, tranquillisants, somnifères, bêtabloquants ou antihistaminiques, lesquels perturbent fortement la vigilance.

Pas d'alcool ou avec extrême modération

A la longue, l'alcool provoque des lésions cérébrales et altère la mémoire.

Soigner son alimentation

Afin de fournir les éléments indispensables au bon fonctionnement du cerveau, le régime alimentaire doit être varié et équilibré.

Faire un bilan médical régulièrement

Hypertension, cholestérol et surpoids sont des affections qu'il faut impérativement dépister et traiter car elles font le lit des maladies cardiovasculaires, lesquelles contribuent à l'apparition de lésions cérébrales que l'on retrouve dans les démences vasculaires.

Soigner sa vue et son audition

Avec l'âge aussi, la vue et l'audition peuvent baisser. Or une vue défaillante tend à diminuer les activités de type lecture, mots croisés et travaux manuels, tandis qu'une baisse d'audition peut mener à l'isolement.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 19 Mars 2007 : 01h00