Et si le stress réduisait la taille du cerveau ?

Publié le 26 Octobre 2018 à 12h23 par Camille Barault, journaliste santé
Une étude publiée dans la revue Neurology montre que les adultes ayant les niveaux les plus élevés de stress ont aussi une moins bonne mémoire, sont moins aptes aux tâches cognitifs et ont aussi  une volumé cérébral plus faible.
© Adobe Stock

Le cerveau de l'homme est-il voué à être de plus en plus petit ? Partant du postulat que le stress est l'ennemi de notre société et que les choses ne devraient pas s'arranger tout de suite, c'est possible. Du moins, envisageable. Une étude publiée dans la revue Neurology, éditée par l'Académie Américaine de Neurologie, montre que les adultes âgés de 40 à 50 ans qui sont très stressés ont un volume cérébral réduit. Ils ont aussi de moindres capacités de mémoire et de réflexion. "N ous savons chez les animaux, le stress peut entraîner un déclin cognitif. Dans cette étude, des niveaux de cortisol (hormone liée au stress, ndlr) plus élevés le matin dans un large échantillon de personnes étaient associés à une détérioration de la structure et de la cognition du cerveau" a commenté Sudha Seshadri, professeur de neurologie et auteur principal de l'étude.

Une perte de mémoire et un rétrécissement du cerveau ont été constatés

Comment sont-ils parvenus à cette observation ? Les chercheurs ont récolté les données cognitives de 2231 participants (hommes et femmes) et 2 018 ont subi un IRM pour mesurer le volume du cerveau. Le taux de cortisol dans le sérum sanguin, dont le niveau varie tout au long de la journée, a été mesuré tôt le matin (entre 7h30 et 9h) chez chaque participant à jeun. L’âge moyen des participants était de 48,5 ans. Une perte de mémoire et un rétrécissement du cerveau ont été constatés chez les participants avant l'apparition de tout symptôme, a noté Justin B. Echouffo-Tcheugui, co-auteur de l'étude. "Le cortisol affecte de nombreuses fonctions différentes, il est donc important d'examiner de manière approfondie comment des niveaux élevés de l'hormone peuvent affecter le cerveau" a-t-il estimé. Les résultats ont été ajustés pour tenir compte de l'âge, du sexe, du tabagisme et de l'indice de masse corporelle. L'équipe a regardé si le fait d'avoir un facteur de risque génétique de maladies cardiovasculaires et de maladie d'Alzheimer pouvait être associé à un taux de cortisol plus élevé. Cela n'a pas été le cas.

Coloriage, homéo ou huiles essentielles pour échapper au stress

Vous ne savez pas comment vous apaiser facilement ? Parmi les solutions à portée de main :

L'homéopathie : Tout dépend du type de stress dont vous souffrez, et de votre profil. On sait que le grand avantage de l’homéopathie, c’est de prendre en compte la personne en son ensemble et de trouver le ou les remèdes qui vont l’aider dans tous les aspects de sa vie, stress compris. Mais bien sûr seul un médecin homéopathe pourra vous offrir ce suivi.

En attendant, vous pouvez bénéficier de ces remèdes qui sont conseillés pour différentes formes de stress.

  • Aconit (aconitum napellus) en cas d’agitation, d’anxiété ou de panique.
  • Gelsemium (gelsemium sempervirens) contre le trac, les tremblements, le sentiment que l’on ne peut pas agir.
  • Ignatia contre l’angoisse qui rend la prise de parole difficile, avec boules dans la gorge et compagnie.

L'aromathérapie. "Les huiles essentielles peuvent vous aider à surmonter ou à apaiser, au moins en partie, la plupart des problèmes de stress, explique Danièle Festy : Marjolaine des jardins, romarin à verbénone, camomille romaine et la lavande officinale, sont les grandes huiles essentielles du stress."

Le coloriage. C'est vrai  phénomène antistress ! Facile à faire, à emporter, ces coloriages ou "mandalas" reposent l’esprit qui vagabonde et aident à lâcher prise. 

Source : Neurology, 24 octobre 2018.
La rédaction vous recommande sur Amazon :