Endométriose : un nouveau médicament autorisé aux Etats-Unis

© Adobe Stock

Les Etats-Unis ont autorisé la mise sur le marché d'un nouveau traitement de l'endométriose, une maladie gynécologique à l'origine de fortes douleurs. Actif sur le plan hormonal, il est censé soulager cette souffrance.

PUB

Pour la première fois depuis 10 ans, il y a du nouveau dans le domaine de l'endométriose. Et cette nouveauté se produit dans le champ thérapeutique. Aux Etats-Unis, l'Administration des denrées alimentaires et des médicaments (FDA) a autorisé la mise sur le marché de l'Orilissa®.

Ce médicament contient, comme principe actif, l'elagolix. Décrit comme un "antagoniste de l'hormone de libération des gonadotrophines", il réduit notamment la production des hormones impliquées dans l'endométriose, œstrogène et progestérone.

Ce mécanisme devrait permettre de réduire les principaux symtômes de la maladie, à savoir de fortes douleurs pendant les règles, mais aussi pendant les rapports sexuels ou à d'autres moments au niveau du bassin.

PUB
PUB

Moins de douleurs

Lors des essais cliniques, menés sur 1 700 femmes, un impact positif a été constaté sur les douleurs menstruelles. 20 % des femmes ont vu leur situation s'améliorer sous placebo contre 45 % de celles qui ont reçu une dose de 150 mg une fois par jour et 75 % de celles qui ont reçu une dose de 200 mg deux fois par jour.

Les résultats sont un peu plus mitigés en ce qui concerne les douleurs pelviennes : la prise d'Orilissa® n'améliore le ressenti que de 20 % par rapport au placebo, et ce uniquement aux dosages les plus élevés.

Le médicament devrait être disponible dans les pharmacies américaines à partir du mois d'août. Son coût sera élevé, d'après l'Associated Press. Les femmes non assurées devront débourser 845 dollars (environ 724 euros) pour quatre semaines de traitement.

Des effets secondaires lourds

Les effets, eux, seront assez lourds du fait de l'action hormonale de la molécule proposée aux patientes.

  • Un faible taux d'œstrogènes peut entraîner une baisse de densité minérale osseuse, qui se produit normalement avec l'âge et après la ménopause. Les femmes sous traitement seront donc plus à risque de fracture. La prescription sera contre-indiquée aux femmes souffrant déjà d'ostéoporose.
  • Toute grossesse sera fortement déconseillée en cours de traitement carOrilissa® peut favoriser les fausses-couches précoces, sans être une méthode de contraception efficace. En cas de grossesse déjà entamée, aucune prescription ne pourra être établie.
  • Le principe actif peut augmenter le taux de transaminases dans le foie. Les femmes souffrant de maladies sévères du foie ne pourront donc pas recevoir ce médicament.
  • Des effets secondaires marqués sur l'humeur ont été observés au cours des essais cliniques. Les patientes ayant déjà présenté des troubles de l'humeur, des dépressions ou des idées suicidaires ne peuvent donc pas recevoir le traitement.

PUB
PUB

Contenus sponsorisés