Endométriose : les traitements... et leur efficacité !

© Istock

De fortes douleurs, surtout pendant les règles. Voilà le symptôme le plus connu de l'endométriose. On devrait plutôt parler au pluriel de cette maladie, car chaque femme présente une forme spécifique. Et les traitements doivent s'y adapter. Explications.

PUB

De ses causes, on ne sait rien. Identifier correctement ses symptômes est à peu près aussi compliqué. L'endométriose est une maladie gynécologique ancienne, mais encore mal connue. Une chose est certaine : en l'absence de traitement, de nombreuses patientes souffrent le martyr.

La faute revient à un phénomène qui se produit lors des règles. En temps normal, la paroi de l'utérus (l'endomètre) se dégrade et est évacuée sous forme de sang menstruel. Mais chez les personnes souffrant d'endométriose, ce tissu remonte et se fixe sur d'autres organes, provoquant des douleurs. Le plus souvent, ce sont elles qui sont ciblées par les traitements.

PUB
PUB

Une prise en charge au cas par cas

En fonction de chaque patiente, la maladie va se manifester d'une manière différente. "Certaines femmes souffrent d'endométriose sans en développer les symptômes, mais on peut aussi observer des signes suspects en l'absence de la maladie", souligne Xavier Fritel, gynécologue-obstétricien au CHU de Poitiers (Vienne). Bref, le mal est complexe et nécessite une prise en charge sur mesure.

Plusieurs options thérapeutiques sont possibles, mais celles-ci s'adaptent surtout à la souffrance de la patiente et à ses attentes à long terme. Aux yeux du Pr Fritel, impossible d'établir une règle absolue.

Face à l'endométriose, "le traitement se fait en fonction de la sévérité de la maladie, de l'ampleur des lésions, des attentes de la femme mais aussi de ses antécédents", liste le spécialiste de l'endométriose.

Le choix thérapeutique est donc le fruit d'une réelle réflexion entre le médecin et la patiente, qui fixent ensemble les priorités. "Chaque traitement a des conséquences, il faut donc faire des choix", résume le gynécologue.