Les différentes causes de la prise de poids
Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Jeudi 06 Août 2009 : 02h00
Mis à jour le Lundi 27 Février 2012 : 15h34

Les causes de la prise de poids dès le début de la vie, sont multiples et variées. Mais elles arrivent toutes au même résultat : le remplissage des cellules adipeuses, donc les kilos superflus.

© Istock
PUB

Prise de poids et âge

Vers 50 ans, la ménopause s'installe chez les femmes. L'activité des ovaires se ralentit et la production d'hormones sexuelles diminue. Elles déterminent l'emplacement de la graisse. Mais elles ne jouent pas sur sa quantité. Grossir à partir de 50 ans n'est absolument pas une fatalité car la dépense énergétique ne diminue pas suffisamment pour justifier la prise de poids. Les kilos sont d'origine psychologique liés à la peur de vieillir : perte de séduction, crainte de ne plus être aussi performant, personne n'y échappe même si l'on magnifie les délices des troisième et quatrième âges qui se profilent à l'horizon. L'âge est pour tous, hommes et femmes, une très bonne excuse pour un certain laisser-aller alimentaire et un renforcement de la sédentarité. D'où des kilos en plus. En fait, on n'a pas plus de raisons de prendre du poids à 50 ans qu'à 30 ans, sauf si on se laisse aller à absorber plus de calories que l'on en dépense.

PUB
PUB

Une cause de prise de poids : l'arrêt du tabac

Le tabac est une drogue dès que l'on ne peut plus s'en passer. Arrêter de fumer est une bonne démarche pour préserver sa santé. Mais, elle se sanctionne souvent par une prise de poids. La nicotine est un excitant du système nerveux mais elle exerce aussi un effet anorexigène : une cigarette fumée juste avant un repas coupe ou limite l'appétit. Dès que la nicotine disparaît de l'organisme, la faim est plus forte donc on mange plus. De plus, fumer consomme de l'énergie, environ une vingtaine de calories par cigarette. Cette dépense énergétique est supprimée. Pour conserver un équilibre entre les entrées alimentaires et les sorties énergétiques il faudrait manger moins pour compenser cette baisse de dépenses. Or, l'appétit est augmenté du fait de l'absence de l'anorexigène tabac. Enfin, on éprouve souvent un grand besoin de suçoter des produits sucrés pour compenser le manque, pour remplacer aussi le geste routinier de porter la cigarette à sa bouche. Dépense énergétique diminuée, appétit renforcé et grignotages gras/sucrés, c'est ce qui rend la prise de poids quasiment inévitable, sauf si l'on a vraiment une volonté de fer pour résister aux grignotages et pour augmenter en même temps sa dépense calorique en faisant beaucoup de sport.

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Jeudi 06 Août 2009 : 02h00
Mis à jour le Lundi 27 Février 2012 : 15h34
PUB
PUB
A lire aussi
Plus d'articles