Désir d'enfant : en quoi consiste la GPA ?

Publié par La Rédaction E-Santé le Mercredi 02 Mai 2018 : 12h02
La GPA est une des techniques qui permettent aux couples en désir d’enfant de pallier leur infertilité. Une mère porteuse accueille l’embryon d’un couple, issu d’un ovule fécondé en laboratoire.
© Istock
PUB

C’est quoi la GPA ?

Effectuée en laboratoire, la GPA consiste à prélever l’ovocyte de la mère intentionnelle pour le féconder avec le sperme du papa. Si la fécondation a bien lieu, l’embryon sera transféré dans la cavité utérine d’une tierce personne, la mère porteuse. Cette dernière n’a donc absolument aucun lien génétique avec l’enfant. En effet, les ovocytes proviennent généralement de la femme en désir d’enfant ou bien d’une donneuse en cas de problèmes majeurs de fertilité. Il ne s’agit jamais des ovocytes de la mère porteuse.

PUB
PUB

La GPA est interdite en France

La GPA est une technique de procréation médicale assistée interdite aujourd’hui en France, notamment parce qu’elle est assimilée à une adoption illégale. Par ailleurs, elle occupe depuis plusieurs années une place importante dans le débat public puisqu’elle pose la question de la marchandisation du corps de la femme, qui « prête » son corps pour porter l’enfant d’un autre couple. La question reste entière aujourd’hui en France, mais la GPA est pratiquée légalement dans plusieurs pays européens. En Belgique, Pologne, Slovaquie et aux Pays-Bas, aucune législation n’interdit cette pratique, on parle donc d’autorisation de fait. En Irlande et en Roumanie, la GPA est légalement encadrée et un défraiement de la mère porteuse est précisément prévu. Le Royaume-Uni, quant à lui, interdit de pratiquer la gestation pour autrui contre rémunération.

Mots-clés : Gpa, Ovule, Avoir un bebe
Publié par La Rédaction E-Santé le Mercredi 02 Mai 2018 : 12h02
PUB
PUB
A lire aussi
Victime du distilbène ou l'histoire d'une erreur médicalePublié le 04/03/2002 - 00h00

Le distilbène est un médicament qui a été prescrit aux femmes enceintes jusque dans les années 70, pour prévenir les fausses couches. On s'est alors rendu compte qu'il occasionnait des malformations chez les foetus et qu'il engendrait un risque accru de cancer chez les filles une fois à...

« Le don d’ovocytes, si on en parlait ? »Publié le 13/07/2012 - 09h55

En 2010, 188 enfants sont nés en France grâce à un don d’ovocytes : il aurait fallu 700 dons supplémentaires pour répondre aux besoins.Pour mieux faire connaître ce don, l’Agence de la biomédecine organise ce 3 juillet 2012 une journée d’information.

Plus d'articles