Décès d’une lycéenne dans la Drôme des suites d’une méningite

© getty

Une jeune fille est morte d'une infection invasive à méningocoques à Hauterives, dans la Drôme. Un traitement préventif de la méningite a été proposé aux proches.

Publicité

La méningite se montre décidément très active cet hiver. La bactérie responsable de cette maladie a encore fait une victime en France. Cette fois, c'est une lycéenne de 16 ans, résidant à Hauterives (Drôme), qui a succombé à l'infection à son domicile.

C'est bien une méningite qui a causé le décès. "Les résultats de l'autopsie de la jeune fille, pratiquée aujourd'hui à Grenoble l'ont confirmé, précise l'Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes dans un communiqué. Mais la souche du méningocoque (A, B, C, W, Y) n'a pas encore été déterminée."

Publicité
Publicité

A titre préventif, plusieurs proches de la victime se sont vus proposer un traitement antibiotique préventif. Il permet d'éviter que l'infection ne se développe. Près de 80 personnes ont été contactées par l'ARS : sa famille, des membres du club de sport où se rendait la jeune fille, mais aussi les employés et les élèves du lycée Gabriel-Fauré de Tournon (Ardèche) – où elle était scolarisée.

Un cas sur dix mortel

Ces personnes sont visées parce qu'elles ont eu un contact direct, prolongé et rapproché à moins d'un mètre avec cette adolescente. C'est, en effet, le principal mode de contamination car le méningocoque n'est pas capable de survivre dans l'environnement.

Les bactéries responsables de la méningite se transmettent principalement par les sécrétions respiratoires, émises lors d'une quinte de toux, d'un éternuement. La maladie est assez rare en France, survenant surtout en hiver et au printemps. Mais elle peut être grave : un cas sur dix est mortel selon l'Institut Pasteur.

Les symptômes d'alerte sont assez reconnaissables. Une infection invasive à méningocoque se distingue par une forte fièvre, accompagnée de maux de tête, d'une raideur de la nuque et de vomissements. Une gêne à la lumière et des tâches violacées sur le corps (purpura) peuvent aussi se manifester.

PUB
PUB