Réduire votre apport calorique de 300 calories diminue vos risques cardiaques

Publié le 12 Juillet 2019 par Agathe Boussard, journaliste santé
Selon des chercheurs de l’Université Duke, limiter notre apport calorique quotidien de 300 calories réduirait les risques de maladies cardiaques, de diabète et de démence !
© Istock

A la fin d’un repas, la tentation d’un dessert est grande. Il est très difficile de résister !  Lire l’étude des chercheurs de l’Université de Duke vous aidera très certainement à contrôler vos envies de sucré en vous donnant des sources de motivation. Et pour cause. Selon ces scientifiques, limiter son apport calorique de 300 calories par jour permettrait de réduire les risques de maladies chroniques et métaboliques comme le diabète et les maladies cardiaques. Que représentent 300 calories ? L’équivalent d‘un éclair au chocolat !

Des effets bénéfiques quel que soit votre poids

L’étude ne s’adresse pas uniquement aux personnes en surpoids qui souhaiteraient perdre du poids et retrouver la forme. Elle concerne tout le monde, même les plus minces d’entre nous ! Et oui, quel que soit votre poids, un régimerestrictif en termes de calories diminuerait les risques de déclencher certaines maladies. Les effets bénéfiques seraient donc aussi importants pour les personnes ayant aucun problème de poids.

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs de l’Université Duke ont demandé à 218 personnes d'essayer de réduire de 25% leur consommation quotidienne et ce, pendant une durée de deux ans ! Pour les aider dans leur "régime", elles ont assisté, durant les six premiers mois, à des séances de conseil. Tout au long de l’étude, des échantillons de leur sang et de leur graisse ont aussi été prélevés.

Un régime difficile à tenir dans la durée

Changer son alimentation du jour au lendemain n’est pas aisé. Même si l’on est aidé ! Les participants à cette étude ont pu le constater ! La plupart d’entre eux ne sont pas parvenus à suivre le régime tel quel. Malgré tout, le participant moyen a réussi à diminuer son apport calorique de 12%. Ce régime moins strict a permis à ceux qui l'ont suivi de réduire leur poids de 10% (dont 71% de pure graisse).

Les personnes de l’étude, publiée dans le journal "Lancet Diabetes & Endocrinology". sont aussi en bien meilleure santé. Les risques qu’elles contractent des maladies métaboliques comme le diabète ont diminué. Diminuer les doses caloriques a aussi permis de réduire les inflammations, qui sont des signes avant-coureurs de maladies.

Les retombées positives de ce "régime" restrictif en calories sur la santé sont très visibles pour les personnes ayant tendance à trop manger ou qui ont un IMC de 25 ou plus. Chez les animaux aussi, ce "régime" s'avère bon pour la santé. Des tests ont démontré qu’une réduction de leur apport calorique quotidien de 10 à 40% pouvait réduire les risques de maladies et de cancers.

Des zones encore floues

Si les données sont claires, leur interprétation l’est moins. William E Kraus, le cardiologue et auteur principal de l’étude, ainsi que son équipe n’arrivent pas encore à déterminer ce qui, dans ce régime, mènerait à de tels effets bénéfiques. C’est pourquoi il a déclaré avoir conservé les échantillons prélevés sur les participants pour de futures études.

L’obésité, un problème de santé publique

Aux Etats-Unis, l’obésité est considérée comme une "épidémie". L’excès de poids est un problème de santé majeur qui inquiète les autorités. Les campagnes de publicité pour sensibiliser les américains se succèdent, sans réels résultats probants.

Cette étude pourrait changer la donne. Réduire son apport calorique, même si c’est seulement de 300 calories, permettrait, en effet, d’améliorer votre santé. "Les gens peuvent le faire assez facilement, en surveillant leur alimentation et en évitant le grignotage après le dîner", a ainsi déclaré William E Kraus.

Une consommation quotidienne trop importante d’aliments "hautement transformés, de sucres, de lipides ou de viandes rouges" peut provoquer une inflammation. C’est cette inflammation qui peut entraîner le développement de maladies métaboliques telles que le diabète, causer des maladies cardiaques, la maladie d'Alzheimer, le cancer ou encore accélérer le vieillissement.