Choc toxique pendant les règles : plusieurs cas groupés dans les Pays de la Loire

© Istock

Plusieurs jeunes femmes ont été atteintes du syndrome d'un choc toxique lié au port d'un tampon. Cette infection est rare mais son développement est souvent lié à un mauvais usage des tampons.

PUB

La mauvaise utilisation des tampons vaginaux est mise en cause dans le syndrome d'un choc toxique chez plusieurs jeunes femmes. Dans les Pays-de-la-Loire, cinq cas ont été recensés en trois ans. Les jeunes femmes, âgées de 12 à 21 ans, ne vivaient pas au même endroit et ne fréquentaient pas les même établissements scolaires.

Ce genre d'infection est vraiment très rare, puisque seulement 20 cas ont été identifiés en France. Dans cette région, pourtant, deux cas ont été répertoriés en 2013 et trois de plus en 2016. Les jeunes femmes ont été admises en service de réanimation, le temps de soigner l'infection.

Le syndrome de choc toxique est causé par une souche de Staphylococcus aureus (staphylocoque doré) qui produit la toxine TSST-1, à l'origine des symptômes. Pour le détecter les médecins ont mené des enquêtes épidémiologiques et microbiologiques. Un questionnaire a aussi été adressé à chaque patiente, afin de décrire leurs caractéristiques cliniques, biologiques et de comprendre l'utilisation des tampons

PUB
PUB

Un mauvais usage des tampons

Aucune de ces jeunes femmes n'utilisait la même marque de tampons, ni le même pouvoir absorbant.  Il apparaît que les patientes n'utilisaient pas leurs tampons de façon appropriée. Elles les gardaient la nuit, durant plus de 8 heures, et l'une d'entre elles mettait même un tampon peu avant le début de ses règles. Au moment de l'infection, les jeunes femmes utilisaient ces protections depuis plusieurs années (entre 1 et 7 ans).

En ce qui concerne le port du tampon ou de la coupe menstruelle, il est important de suivre quelques règles afin de prévenir le CTS :

  • Il faut lire attentivement la notice et suivre les instructions même si on pense déjà tout savoir; il vaut mieux perdre 5 minutes.
  • Si vous avez déjà été victime d'un choc toxique, n'utilisez pas de tampons.
  • Lavez-vous les mains au savon avant de mettre ou de retirer votre tampon ou coupe menstruelle.
  • Il est impératif de changer de tampons toutes les 4 à 8 heures maximum et évitez surtout de mettre un tampon la nuit. Choisissez de mettre des tampons la journée et d'utiliser une serviette hygiénique la nuit.
  • N'oubliez pas d'enlever votre tampon et n'en retardez pas le moment. Il en va de même pour la coupe menstruelle.
  • Mettez un tampon uniquement lorsque vous avez vos règles. Il est imprudent d'utiliser un tampon en dehors de cette période, même si celles-ci doivent arriver dans la journée.
  • Choisissez des tampons avec le plus petit pouvoir d'absorbtion par rapport à vos règles. En effet, les tampons à fort pouvoir absorbant augmentent les risques de contracter un CTS.
  • Si vous suspectez un CTS d'origine menstruelle, veuillez retirer rapidement votre tampon et consulter un médecin. Le tampon sera envoyé au laboratoire pour analyse bactériologique. Un prélèvement vaginal sera nécessaire avant une mise sous antibiotique, décidée par le médecin.

Publié le 23 Janvier 2018
Auteur(s) : Manon Anger, journaliste santé
Source : Bulletin épidémiologique hebdomadaire.
Voir + de sources
Santé publique France. 23 Janvier 2018
PUB
PUB

Contenus sponsorisés