Chirurgie du vagin, des lèvres, de l'hymen : mode d'emploi

Il existe plusieurs chirurgies du vagin esthétiques et réparatrices, notamment en cas de béance vaginale. Mais les autres parties génitales de la femme peuvent aussi faire l’objet d’interventions intimes : atrophie des petites lèvres, hypertrophie des grandes lèvres… On fait le point sur ces techniques avec Benjamin Sarfati, chirurgien plasticien à Paris.
© Istock
Sommaire

La chirurgie intime chez la femme connaît un vif succès ces dernières années. En nette hausse dans le monde, le rajeunissement vaginal a connu la plus importante progression du nombre d’interventions par rapport à 2016, avec une croissance de 23% en 2017, selon un rapport de l’Isaps, la société internationale de chirurgie plastique. Esthétiques, réparatrices, reconstructrices, les chirurgies du vagin sont multiples. 

Les opérations génitales esthétiques

La vaginoplastie : pour rajeunir son vagin

La vaginoplastie vise à rajeunir un vagin parfois endommagé par une ou plusieurs grossesses. Le périnée peut être mis à rude épreuve et nécessiter une intervention pour contrer son relâchement. Béance vaginale, perte de sensation lors des rapports, perte de liquide après un bain, pets vaginaux… Cette distension des muscles périnéaux peut rapidement devenir difficile à supporter. 

La vaginoplastie permet de retendre les muscles du vagin et d’en resserrer l’orifice.  L’objectif de cette opération est de retrouver des sensations lors des rapports sexuels. 

Lors de l’intervention, le chirurgien procède à une réduction de la muqueuse vaginale qui permet d’en réduire le diamètre. L’opération n’est pas prise en charge par la Sécurité sociale, sauf dans des cas exceptionnels, et nécessite une anesthésie générale. 

La nymphoplastie : pour retrouver de petites lèvres

La nymphoplastie est une chirurgie de réduction des petites lèvres lorsque celles-ci sont hypertrophiées. Les petites lèvres peuvent alors être à l’origine de complexes. Outre la gêne esthétique, des petites lèvres hypertrophiées peuvent être handicapantes pour la marche à pied et même être douloureuses lors de rapports sexuels ou lors de la pratique d'un sport comme le vélo ou la course à pied. Dans ces cas, l’intervention est prise en charge par la Sécurité sociale. 

La chirurgie de réduction des petites lèvres hypertrophiées consiste en une résection de la muqueuse à ce niveau. Celle-ci n’aura aucun impact fonctionnel sur la qualité des rapports sexuels. 

L’augmentation des grandes lèvres

Elle s’adresse aux femmes qui souffrent d’une atrophie des grandes lèvres. Le chirurgien prélève de la graisse par liposuccion dans une réserve de graisse de la patiente. Cette graisse est ensuite réinjectée au niveau des grandes lèvres. Si une petite partie de cette graisse peut se résorber, l’autre partie restera en place à vie.

Cette opération peut être couplée à la nymphoplastie. Parfois, une hypertrophie des petites lèvres est associée à une atrophie des grandes lèvres. Coupler les deux opérations permet de rééquilibrer le sexe de la femme avec une meilleure proportion entre la taille des petites lèvres et celle des grandes lèvres.

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Merci au docteur Benjamin Sarfati. Vous pouvez le retrouver sur son site
Étude de la Société Internationale de Chirurgie Esthétique et Plastique (ISAPS), publiée le 1er novembre 2018