Cancer du sein : comment une simple prise de sang peut améliorer le traitement

© Istock

Des chercheurs français ont démontré qu'une prise de sang chez les patientes atteintes d'un cancer du sein permettrait de trouver plus rapidement quel traitement médical serait le mieux adapté pour chacune. Ce test sanguin pourrait sauver des vies. 

PUB

Une prise de sang pour détecter plus tôt un cancer et améliorer l'évaluation du pronostic ? C'est la question que s'est posée le professeur François-Clément Bidard, oncologue médical à l'Institut Curie. Il a présenté le 6 décembre 2018 les résultats très positifs de l'essai clinique qu'il a mené lors du sommet annuel de la recherche sur le cancer du sein.

Cet essai clinique, conduit sur 778 patientes, montre que le dosage des cellules tumorales circulant dans le sang (CTC) permet d'éclairer les décisions thérapeutiques des médecins et ainsi d'augmenter la survie de patientes atteintes de cancer du sein métastatique. Un cancer métastatique est un cancer qui s'est propagé de l'endroit où il est apparu à une autre partie du corps. Le cancer métastatique est composé du même type de cellules cancéreuses que le cancer primitif.

PUB
PUB

Un taux de CTC qui reflète le pronostic de la maladie

Lors du sommet annuel de la recherche sur le cancer en 2016, le professeur François-Clément Bidard avait mis en évidence que la quantité de cellules tumorales circulantes dans le sang des patientes reflétait le pronostic de la maladie, un taux de CTC élevé étant synonyme d'une propagation du cancer. Ces cellules tumorales issues de la tumeur initiale, s'échappent et se répandent dans le sang, ce qui témoigne que le cancer peut également affecter d'autres types d'organes. Or, il restait à savoir si cette évidence pouvait être utile à la prise en charge des patients.

Deux types de traitement pour un cancer du sein métastatique

Les cancers métastatiques sont très difficiles à soigner. On peut soit administrer un traitement hormonal, soit un traitement par chimiothérapie. Certaines tumeurs du sein sont hormonosensibles, ce qui signifie que les hormones féminines (oestrogènes, progestérone) stimulent leur croissance. Le traitement hormonal est un traitement qui consiste à empêcher l'action stimulante des hormones féminines sur les cellules cancéreuses.

Depuis plus de 20 ans, les médecins préconisent de prescrire une hormonothérapie, car ce traitement a des effets secondaires limités par rapport à la chimiothérapie, qui est donc réservée aux patientes atteintes de formes de cancer considérées comme plus graves.

Un test sanguin qui permet de mieux choisir le traitement

Le professeur Bidard a donc fait une étude pour voir si le fait que le taux de CTC reflétant le pronostic de la maladie pouvait être utile pour soigner les patientes. Lors de cette étude, soutenue par l'Institut national du cancer, les 778 patientes ont été réparties en deux groupes.

Dans le premier groupe, le choix du traitement était décidé par le médecin, en fonction de l'état de santé de la patiente. Dans le second groupe, les traitements étaient guidés par un dosage des CTC ; les femmes qui présentaient une charge élevée de CTC recevaient une chimiothérapie, tandis que les autres recevaient une hormonothérapie. Pour 300 d'entre elles, le traitement indiqué par le taux de cellules tumorales circulantes était différent à celui qu'aurait choisi le médecin : le test avait conclu la nécéssité d'une chimiothérapie alors que le médecin avait prescrit un traitement hormonal.

De plus, "les femmes qui auraient été traitées par hormonothérapie d'après le médecin mais avaient finalement reçu une chimiothérapie à cause de leur taux élevé de CTC dans le sang voyaient leur survie augmentée (...)", explique le professeur Jean-Yves Pierga, chef du département d'oncologie médicale de l'Institut Curie dans un communiqué de cet institut.

"Combiner le regard du clinicien et le dosage des CTC"

Le professeur François-Clément Bidard juge qu'il serait utile de "combiner les deux approches pour orienter les choix thérapeutiques : le regard du clinicien et le dosage des CTC". Il explique aussi que c'est un dosage simple et accessible : "il est peu coûteux (environ 500 euros) au regard des bénéfices qu'il peut apporter aux patientes." Le professeur Bidard espère ainsi obtenir son remboursement par la Sécurité sociale.

Ce dosage des CTC, technologie proposée par CellSearch ®, mériterait donc d'être réalisé pour toutes les femmes souffrant de cancers du sein métastatiques.

Publié le 10 Décembre 2018
Auteur(s) : Mathilde Polivka, journaliste santé
Source : Cancers du sein : le dosage des cellules tumorales circulantes améliore la prise en charge des patientes - Communiqué de l'Institut Curie, 4 décembre 2018
Clinical utility of circulating tumor cell count as a tool to chose between first line hormone therapy and chemotherapy for ER+ HER2- metastatic breast cancer: Results of the phase III STIC CTC trial - Bidard F-C et al. - 5 décembre 2018
PUB
PUB

Contenus sponsorisés