Les bébés n'aiment pas la coke

Publié par Dr Agnès Lara le Lundi 13 Mai 2002 : 02h00
L'exposition des foetus à des drogues telles que la cocaïne au cours de la grossesse provoquerait des déficits intellectuels chez ces enfants. Le risque de retard mental est doublé chez ces enfants et laisse redouter de grosses difficultés scolaires.
PUB

La consommation de cocaïne au cours de la grossesse est un problème de santé publique important, notamment dans les grandes métropoles américaines. Psychotrope puissant, cette drogue agit sur le système nerveux central de la mère aussi bien que sur celui du foetus qu'elle porte.Cependant l'action de telles substances sur un système nerveux en formation, n'est pas sans conséquence. Des chercheurs américains viennent de démontrer que les enfants exposés à la cocaïne au cours de leur développement foetal montraient de grosses difficultés d'apprentissage et présentaient beaucoup plus fréquemment un retard dans leur développement au cours des deux premières années (risque multiplié par deux).Or les deux premières années de la vie sont essentielles dans le développement des capacités cognitives de l'enfant. Si bien que l'on est en droit de s'attendre à ce que ces enfants présentent des difficultés d'apprentissage au cours de leur cursus scolaire. Là encore la solution réside avant tout dans les mesures de prévention qui doivent viser les jeunes mères et les inciter à stopper leur consommation de drogue au cours de leur grossesse.

Publié par Dr Agnès Lara le Lundi 13 Mai 2002 : 02h00
Source : Singer L.T. et coll. Journal of American Medical Association 2002 ; 287 : 1952-1960.
PUB
PUB
A lire aussi
Alcool : votre corps se souvient de chaque verrePublié le 10/11/2004 - 00h00

Les slogans utilisant des critères évasifs tels que « boire avec modération » ou « sans excès » ne sont pas, de toute évidence, assez porteurs pour mettre en garde contre les dangers liés à la consommation d'alcool. Une nouvelle campagne de prévention s'engage autour d'un slogan…...

Votre enfant voit-il bien ? Publié le 07/01/2004 - 00h00

Chaque année en France, sur les 750.000 enfants qui naissent, près de 120.000, soit un sur six, présentent un défaut visuel. Un dépistage précoce est essentiel pour une correction adaptée. A côté des visites chez le pédiatre ou l'ophtalmologiste, les parents jouent un rôle important en...

Plus d'articles