AVC : des symptômes différents selon le sexe

(Re)connaître les signes avant-coureurs d'un AVC permet d'en limiter les conséquences. Tour d'horizons de symptômes classiques et moins classiques qui pourraient vous sauver la vie.

Publicité

Les signes avant-coureurs de l'AVC

Bon nombre d'entre nous pensent que les accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont des évènements soudains qu'on ne peut maîtriser... Erreur! Ces évènements certes soudain nous laissent des indices, signes de leur arrivée imminente. A quoi faut-il être vigilant?

Publicité
Publicité
    • Les muscles: vous ressentez une faiblesse musculaire ou un engourdissement du visage, d'un bras et d'une jambe (généralement le bras et la jambe du même côté).
    • Le langage: vous éprouvez des difficultés pour vous exprimer, vous ne savez pas articuler correctement, vous êtes dans l'impossibilité de parler.
    • La vue: votre vue baisse, vous voyez double, vous perdez la vision d'un oeil ou des deux.
  • L'équilibre: vous constatez des pertes d'équilibre, des vertiges, vous avez du mal à coordonner vos mouvements.

Si vous constatez l'apparition de l'un de ces symptômes, rendez vous immédiatement chez un médecin. Sachez que pour limiter au maximum les conséquences d'un AVC, il est primordial que le patient soit pris en charge dans les trois heures suivant le début de l'accident cérébral.

Des symptômes de l'AVC atypiques

Selon Lynda Lisabeth, de l'Université du Michigan, outre ces symptômes dits classiques, des signes atypiques d'AVC doivent également vous alerter. Une étude lui a, en effet, permis de déterminer 6 autres indices:

  • Des maux de têtes,
  • Des étourdissements,
  • Des symptômes neurologiques: nausées, hoquet,
  • Des symptômes non neurologiques: douleurs à la poitrine, palpitations, souffle court,
  • Douleurs au visage ou dans la moitié du corps,
  • Un état mental altéré: désorientation, confusion.
Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Mardi 21 Juin 2011 : 11h35
Mis à jour le Jeudi 11 Avril 2013 : 10h36
Source : Lisabeth, L. Stroke, juin 2009