Attention, le talc est bien responsable d’un rare cancer

Depuis plusieurs années, le talc - soupçonné d’être cancérigène en raison de la présence naturelle d’amiante - est pointé du doigt. Un nouveau cas clinique portant sur 33 patients confirme les craintes. Une exposition à cette poudre peut provoquer un mésothéliome, une forme rare de cancer des surfaces mésothéliales.
© Istock

Une exposition au talc peut être à l’origine du mésothéliome, une tumeur maligne rare et agressive touchant la membrane protectrice qui recouvre la plupart des organes internes du corps dont la plèvre, le péritoine et le péricarde. L’équipe de Jacqueline Moline, professeur en médecine du travail, épidémiologie et prévention au Feinstein Institutes for Medical Research en est certaine après avoir étudié les dossiers de 33 patients.

Talc : attention à l’amiante

La majorité des personnes atteintes du cancer étaient des femmes dont la seule exposition importante à l’amiante - principal facteur de risque du mésothéliome malin - était l’usage quotidien de talc cosmétique.

Les chercheurs ont détaillé les cas de six personnes. Les tests tissulaires qu’elles ont subis, montrent la présence de fibres compatibles avec le type d’amiante trouvé dans le talc cosmétique, et non pas celui présent dans les matériaux de construction et l’isolation.

La poudre - que l'on trouve dans de nombreuses armoires de salle de bain - est pointée du doigt depuis des années en raison de ses liens avec l’amiante. Elle peut, en effet, naturellement en contenir, car les deux éléments géologiques se forment parfois l’un à côté de l’autre. Ainsi, lors de l’extraction du talc dans certaines mines des fibres d’amiantes.

La professeur Jacqueline Moline a expliqué au Time "C’est la première fois que quelqu'un dit : permettez-moi de regarder tous ces cas, de tout mettre en ordre et d'identifier ceux dans lesquels [le talc] est la seule exposition ". Elle ajoute "Les gens ne sont même pas conscients que de la poudre de talc cosmétique aurait pu contenir de l'amiante.". Et pourtant, “"Tout indique que le talc est la cause" assure-t-elle.

Cette étude appuie plusieurs victimes en procès contre des fabricants de talc

Au cours de ces dernières années, l’entreprise américaine Johnson & Johnson a fait l’objet de plusieurs poursuites de clients ayant eu un cancer après avoir utilisé son talc. En mars dernier, la société a été condamnée à verser 29 millions de dollars à une femme qui assurait que la poudre avait contribué à son mésothéliome. En 2017, un jury lui avait demandé de verser 4 milliards à plusieurs femmes atteintes d’un cancer des ovaires, selon elle causé par leurs produits.

Johnson & Johnson a fait appel pour ces affaires. Toutefois, la recherche publiée le 10 octobre dans Journal of Occupational and Environmental Medicine pourrait être un élément à charge dans ces dossiers.

Mais pour Jacqueline Moline, quel que soit le verdict des tribunaux, elle espère que son travail sensibilisera davantage les personnes qui ont utilisé le talc à des fins esthétiques et à ceux qui continuent de le faire à ce jour.

Elle a précisé “Vous voulez faire attention à tout ce que vous utilisez sur ou dans votre corps”. La scientifique américaine ajoute “Je dirais aux gens qu'il n'y a pas de réglementation pour le talc et que s'il existe une alternative plus sûre, je leur conseille de le faire. Je ne recommanderais pas aux gens d'utiliser du talc”.

L’observatoire des cosmétiques s’est penché aussi sur la question du talc cosmétique. Il indique sur son site internet “Rappelons d'abord que les alertes et les risques potentiels concernent uniquement le talc présenté en poudre libre. Les poudres de maquillage compactes, les fards à paupières et autres blushes ne sont donc pas concernés. Ne le sont pas non plus les crèmes matifiantes ou les déodorants, où le talc reste "prisonnier" dans une galénique homogène”.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : A New Study Suggests Tainted Talcum Powder Can Cause a Rare Cancer. Here's How That Could Play Out in the Courtroom, Time, 15 octobre 2019
Mesothelioma Associated with the Use of Cosmetic Talc, Journal of Occupational and Environmental Medicine, 10 octobre 2019
Talc : faut-il l'éviter ?, L’observatoire des  cosmétiques, 7 mars 2016