L'asthme des femmes enceintes : à contrôler absolument !

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 25 Mai 2009 : 02h00
Avec les grands changements physiologiques qui surviennent au cours de la grossesse, l'asthme peut évoluer chez les femmes enceintes, souvent favorablement, mais parfois aussi dans le sens d'une aggravation. Alors surtout, tout au long de la grossesse, il faut veiller à un bon contrôle de l'asthme, en étroite collaboration avec son médecin.
PUB

On estime que 4 à 12% des femmes enceintes sont touchées par l'asthme. Globalement, cette maladie respiratoire préexistante reste stable durant la grossesse dans un tiers des cas, s'améliore dans un autre tiers des cas et s'aggrave dans les cas restants. Pourquoi l'asthme est-il susceptible d'évoluer chez les femmes enceintes ? Simplement parce que la grossesse s'accompagne de modifications hormonales (progestérone, cortisol) et physiologiques (thorax plus large et moins haut, capacité fonctionnelle diminuée), qui ont un retentissement sur la ventilation.

Quand l'asthme s'aggrave durant la grossesse...

On remarque que l'aggravation de l'asthme est plus fréquente en cas d'asthme sévère et que les difficultés respiratoires prédominent surtout en fin de grossesse, plus particulièrement entre la 24e semaine et la 36e semaine, ainsi que lors de l'accouchement. Or l'exacerbation d'un asthme pendant la grossesse n'est pas sans danger : risque accru d'accouchement prématuré, de césarienne et de complications chez la mère.

PUB
PUB

Comment prévenir l'exacerbation de l'asthme chez les femmes enceintes ?

Il existe de nombreux facteurs qui favorisent l'exacerbation de l'asthme durant la grossesse, comme un asthme sévère, mal contrôlé, l'obésité, une infection virale, une rhinite allergique, le tabagisme, etc.

Une autre caractéristique doit être prise en compte : la peur du traitement asthmatique par les femmes enceintes. Certes, la plupart des médicaments sont contre-indiqués pendant la grossesse, car ils risquent de traverser le placenta. Mais en cas de maladie chronique, pas question de laisser tomber son traitement sous prétexte que l'on est enceinte. Celui-ci doit être adapté en fonction de cet état en collaboration avec son médecin. Or on s'aperçoit que les femmes enceintes redoutent de prendre des corticoïdes. Résultat, le sous traitement est fréquent pendant la grossesse et leur asthme n'est plus contrôlé avec un risque accru d'exacerbations et donc de complications tant pour l'enfant que pour la mère. C'est ainsi que la plupart des complications foeto-maternelles chez une femme asthmatique sont liées au mauvais contrôle de son asthme.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 25 Mai 2009 : 02h00
Source : Le Quotidien du médecin, Congrès Hebdo, 15 mai 2009.
PUB
PUB
A lire aussi
Et si l’asthme fluctuait au gré des hormones féminines ?Publié le 17/05/2016 - 17h26

Dans la vie d’une femme, l’asthme est une maladie susceptible d’évoluer. Les grandes variations hormonales du cycle menstruel ou lors de la ménopause peuvent parfois entrainer une aggravation de l’asthme, voire une amélioration pendant la grossesse dans un tiers des cas. Mais...

Peut-on vraiment prendre le contrôle de son asthme ? Publié le 28/04/2015 - 16h27

L’asthme est une maladie qui se soigne et que l’on peut apprendre à maîtriser.Interview d’une patiente : son parcours et son apprentissage jusqu'au contrôle de sa maladie. Aujourd’hui, Marie-Pierre se considère « en bonne santé » et « ose même dire qu’elle est asthmatique »,...

Savoir pour bien vivre avec son asthmePublié le 28/11/2008 - 00h00

L'asthme, maladie inflammatoire des voies respiratoires, s'accompagne d'une gêne respiratoire et de crises d'asthme fréquentes. Des traitements existent, capables de faire disparaître les symptômes. Mais pour mieux vivre cette affection au quotidien, quelques connaissances s'imposent...

Diabète et grossesse : normaliser la glycémiePublié le 12/03/2001 - 00h00

Au cours des Journées de Diabétologie consacrées au « diabète féminin », les risques de complications du diabète avant et pendant la grossesse ont été largement abordés. Il semble que les risques d'aggravation soient plus marqués au niveau des yeux (rétinopathie) que pour les reins...

Plus d'articles