Anesthésie : ce qu'il faut savoir
Sommaire

Les précautions à prendre avant une anesthésie

L'anesthésiste vous donnera tous les conseils à suivre pour limiter les risques de complication. Il va falloir changer quelques habitudes du quotidien. Au premier rang des accusés responsables de complications possibles : le tabac. «Il diminue le potentiel de défense de l'organisme et augmente les risques d'infarctus par trois pendant l'opération, insiste le docteur Jouffroy. Il rallonge le temps de récupération en rendant la cicatrisation plus difficile et multiplie les risques d'infection par six.» Peu importe la quantité de cigarettes fumées. Les risques restent les mêmes à trois ou à un paquet. Pour réduire l'impact du tabac sur l'intervention, il faut arrêter de fumer au moins huit semaines avant. L'alcool provoque les mêmes effets. Il vous faudra donc limiter votre consommation. Certains médicaments sont à proscrire avant une opération notamment les anticoagulants qui fluidifie le sang comme l'aspirine. Et n'oubliez pas de vous relaxer et de soigner votre sommeil !

Le travail de l'équipe anesthésiste

Les procédures mises en place depuis 1994 pour sécuriser l'anesthésie ont permis de réduire les risques opératoires et post-opératoire. Avant une opération, le bloc est soigneusement stérilisé et le fonctionnement des appareils vérifiés. Si une allergie au latex a été détectée, l'anesthésiste aura pu programmer l'intervention en premier pour éviter les particules de latex dans l'air. Les gants et matériel à base de latex seront remplacés. Le médecin anesthésiste est toujours présent au bloc, notamment pour la phase d'induction (d'endormissement). Pendant toute la durée de l'intervention, une équipe, formée d'un médecin anesthésiste et d'un infirmier anesthésiste, surveille le patient et adapte les doses de médicaments dans les différentes phases de l'opération.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Côté Santé