Pourquoi faut-il être à jeun avant une anesthésie ?

Les accidents lors d'une anesthésie sont prévenus par le jeûne préopératoire. Celui-ci est de 6 heures avant une anesthésie pour une chirurgie programmée : « plus rien à partir de minuit, ni nourriture ni boisson. » Mais pourquoi ?

Risque de remontée du contenu de l'estomac dans les bronches lors d'une anesthésie

Cette complication grave de l'anesthésie a été décrite en 1946 par le Dr Mendelson. Il s'agit de l'inhalation du contenu gastrique. C'est pour prévenir cette pénétration du contenu de l'estomac dans les poumons qu'il est nécessaire d'être à jeun avant une anesthésie. Ce phénomène peut survenir en cas de régurgitations ou d'efforts de vomissements lors de toutes les étapes de l'anesthésie, c'est-à-dire au moment de l'induction, de l'entretien et du réveil anesthésique. L'inhalation du contenu gastrique peut obstruer les bronches et brûler leur muqueuse.

Un jeûne de 6 heures s'impose avant toute anesthésie

La prévention de cet accident impose le respect d'un jeûne de 6 heures avant toute opération programmée. En cas d'intervention dans l'urgence chez une personne non à jeun (ou dont le jeûne n'est pas connu), des techniques d'induction de l'anesthésie très spécifiques sont utilisées. C'est également le cas pour les personnes qui présentent des facteurs de risque.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : 49e Congrès national de la Société française d'anesthésie-réanimation, communication du Dr Nathan N., Règles du jeûne préopératoire, conférences d'actualisation, octobre 2007.