Alzheimer Infantile : qu’est-ce que la maladie de Niemann-Pick type C ?
Sommaire

Maladie de Niemann-Pick type C : les différentes formes 

Maladie de Niemann-Pick type C : les différentes formes© Istock

Les symptômes de la maladie de Niemann-Pick type C appartiennent à deux catégories distinctes : viscérale et neurologique. "Les signes viscéraux apparaissent avant les signes neurologiques. Ils sont utiles, car ils peuvent aider le médecin à faire le diagnostic", précise le Dr Marie Vanier. À noter que les symptômes neurologiques peuvent apparaître beaucoup plus tardivement, et que leur âge d'apparition définit les différentes formes de la maladie.

Signes viscéraux

La maladie peut se déclarer dès la naissance, voire in-utero. L’un des signes caractéristiques chez 20 à 30% des cas est une jaunisse néonatale persistante. "Avoir une jaunisse à la naissance est fréquent. Le trouble disparaît généralement grâce à la lumière bleue au bout d’une dizaine de jours. En cas de Niemann Pick type C, elle se prolonge au-delà d’un mois, et le plus souvent, régresse vers 4/6 mois". Elle s'accompagne généralement d'une grosse rate et d'une hépatomégalie (hypertrophie du foie), qui peuvent aussi apparaître plus tard dans l'enfance, et persister, en l'absence de jaunisse néonatale antérieure, et sans manifestations cliniques particulières.

Les formes neurologiques

Chez l'enfant

"Dans le cas d’une forme infantile précoce, le développement moteur de l’enfant ne se fait pas correctement. Par exemple, il ne peut pas s'asseoir à 9 mois. Il y a aussi une hypotonie (baisse de la tonicité musculaire). Certains enfants n’apprennent jamais à marcher. Il y a aussi un retard du développement mental, mais il est moins évident que le retard moteur".

La maladie évolue rapidement chez ces formes précoces. "Ces enfants vivent rarement au-delà de 7 ans. C’est une forme très sévère, qui représente près de 20% des cas en France", prévient l’experte.

Lorsque les symptômes neurologiques apparaissent vers 3 à 5 ans, on parle de forme infantile tardive. Si c'est dans la période située entre 5-6 ans et 12-13 ans, il s'agit d'une forme juvénile. Ces formes sont beaucoup plus lentement évolutives.

Dans la forme infantile tardive, fréquente en France, ce sont le plus souvent des troubles de la marche qui attirent l’attention des parents ou des médecins. "Ces enfants ont des difficultés à apprendre à descendre les escaliers, une grande maladresse ou encore un retard de langage", détaille la spécialiste. À l’entrée à l’école, on remarque des difficultés pour apprendre à écrire et à calculer.

Les troubles d'apprentissage scolaire, des difficultés à courir ou des troubles comportementaux marquent aussi l'entrée dans la maladie des formes juvéniles.

À l'examen neurologique, on observe une ataxie cérébelleuse (perte de la coordination des mouvements musculaires lors des mouvements volontaires). Certains malades présentent une perte de tonus brusque provoquée par les émotions ou le rire (appelée cataplexie gélastique). L'apparition d'une épilepsie n'est pas rare, et l'évolution se fait vers une régression mentale progressive.

Chez l'adolescent et l'adulte

"La maladie de Niemann Pick type C peut aussi commencer à l’adolescence, d'abord avec des signes qui passent plus ou moins inaperçus : par exemple des petites difficultés d’apprentissage ou de comportement, ou d'équilibre, et ensuite une évolution très lente.

L'âge de début chez l'adulte est extrêmement variable et peut aller jusqu'au-delà de la cinquantaine. Les troubles de l'équilibre et des mouvements fins (ataxie) sont pratiquement toujours présents. Il peut aussi y avoir aussi des troubles du mouvement. Les troubles psychiatriques sont beaucoup plus fréquents et plus importants que dans les formes infantiles, et parfois au premier plan".

Comparez les Mutuelles séniors et économisez toute l'année !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Merci au Dr Marie Vanier pour son aide.
L'association Vaincre les Maladies Lysosomales