Accouchement par le siège : des risques génétiques...

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 28 Avril 2008 : 02h00
Aussi surprenant que cela puisse paraître, le risque d'accouchement par le siège aurait une composante génétique. Encore plus étonnant, ce risque génétique serait tout autant transmis par le père que par la mère. Autrement dit, si vous êtes né par le siège, la probabilité que vos enfants se présentent également ainsi est plus élevée.
PUB

Quels sont les facteurs de risque d'accouchement par le siège ?

PUB
PUB

La présentation du bébé par le siège lors de l'accouchement est de l'ordre de 3 à 4% dans la population générale. Certains facteurs favorisants ont été identifiés, comme l'âge avancé de la mère, la prématurité, le petit poids de naissance, des malformations utérines, etc. Toutefois, ces facteurs qui augmentent le risque d'accouchement par le siège ne sont retrouvés que dans 7 à 15% des cas. Par ailleurs, il a été remarqué que les accouchements par le siège se répétaient souvent dans une même fratrie.Mais selon les résultats d'une nouvelle analyse, il existe un autre facteur de risque important : la prédisposition génétique. Grâce aux données du registre des naissances de Norvège, plus de 700.000 naissances ont été appariées sur deux générations, montrant une augmentation du risque d'accouchement par le siège pour les enfants dont la mère ou le père est né(e) par le siège. Le fait que ce risque soit transmis soit par le père, soit par la mère, est en faveur d'une composante génétique. A noter également que le risque reste le même pour la descendance de pères nés par le siège et qui ont des enfants de plusieurs femmes.Afin d'exclure une interférence possible avec d'autres facteurs de risque connus, n'ont été considérés que les accouchements à terme. Cette composante génétique est intéressante à connaître car elle permet d'identifier les femmes dont le bébé risque de se présenter par le siège et de leur proposer une surveillance particulière avec un suivi spécifique. Le bébé peut se retourner tout seul ou être aidé manuellement au 8e mois. Il convient également de surveiller par échographie que le cordon n'entoure pas son cou. Des mesures du bassin rapportées à celles du bébé peuvent permettre de programmer ou non une césarienne.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 28 Avril 2008 : 02h00
Source : Tone Irene Nordtveit et coll., British Medical Journal, édition accélérée en ligne, avril 2008.
PUB
PUB
A lire aussi
Le baby blues du pèrePublié le 16/01/2006 - 00h00

Le baby blues de la jeune accouchée est très bien connu du grand public. En revanche, qui s'occupe des troubles dépressifs susceptibles de toucher le nouveau père ? Ce baby blues paternel est une réalité à dépister et à prendre en charge rapidement, avant d'en constater les conséquences,...

Grossesses : rapprochées ou non ?Publié le 08/11/2005 - 00h00

Certains parents préfèrent que leur enfant "se débrouille" (qu'il soit autonome au niveau de la propreté, de la marche, etc.) avant d'envisager de lui donner un petit frère ou une petite soeur, d'autres choisissent d'avoir des grossesses rapprochées pour être "sortis des couches" en une fois...

Plus d'articles