7 conseils pour améliorer les préliminaires, mesdames
Sommaire

Ne pas retenir l'orgasme s'il survient

Bien pratiqués, les préliminaires peuvent faire atteindre des sommets de plaisir à celle qui en bénéficient. Si un orgasme se prépare, Carol Burté conseille de "laisser les choses ve nir". Et pour cause : contrairement aux hommes, les femmes ont la capacité de jouir à plusieurs reprises au cours d'un rapport sexuel.

"En cas d'orgasme pendant les préliminaires, les conditions physiques sont optimales pour la pénétration, souligne la sexologue de Cannes. Cela n'empêchera pas un autre orgasme par la suite."

Ce serait même plutôt le contraire, à en croire les explications du Dr Héril. "L'excitation est un phénomène de vascularisation. Après l'orgasme, le sang reste présent dans les grandes lèvres, les petites lèvres et le clitoris", indique-t-il. Cela peut faciliter une deuxième jouissance – parfois plus forte que la première.

Utiliser des accessoires pour stimuler le désir

En dehors des techniques savantes, le recours à des accessoires peut lui aussi augmenter l'excitation des femmes. Bandeaux, liens, lingerie fine... Les ressorts sont nombreux. Et les sondées en sont plutôt adeptes.

Plus d'une femme interrogée par Ipsos sur quatre avoue un penchant sur les sex-toys. Elles sont un peu moins nombreuses (19 %) à apprécier de bander ou se faire bander les yeux pendant les préliminaires. Enfin, 15 % des Françaises ressentent une excitation lorsqu'elles se font attacher ou qu'elles lient leur partenaire.

Fait intéressant, les jeunes femmes sont plus souvent adeptes de ces pratiques accessoirisées. Preuve que leur désir se libère de plus en plus.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Les pratiques sexuelles des Françaises, enquête Ifop pour Marianne, juillet 2014
Sexualité : de quoi les Françaises ont-elles vraiment envie ?, enquête Ipsos pour Psychologies Magazine, avril 2014