4 erreurs à éviter avec vos protège-slip

Publié le 30 Avril 2018 par
Validé par : Amélie Châtelain, Sage-femme
L’usage quotidien de protège-slip, en dehors des règles, est habituel chez certaines femmes afin de garder ses sous-vêtements au sec. Mais en porter tous les jours peut entraîner toutes sortes de maux. Explications avec Amélie Châtelain, sage-femme en région parisienne.
PUB
© Istock

Erreur n°1 : en porter tous les jours

L’usage quotidien de protège-slip est de plus en plus habituel chez la femme afin de garder ses sous-vêtements au sec et de les préserver des fluides corporels et de la transpiration.

Pourquoi : ces protections sont bourrés de produits chimiques. Elles peuvent être utilisées une ou deux journées avant et après les règles, mais n’en abusez pas, car nombre d’entre elles bloquent la transpiration et empêchent une aération correcte. "Cela favorise les risques d’irritations cutanées, voire d’infections urinaires, et augmente le risque de mycoses et d’infections vaginales s’il est porté tous les jours. Il ne faut pas oublier non plus que ce n’est pas normal de porter des protège-slip tous les jours. Une rééducation périnéale*, réalisée de préférence avec une sage-femme, est indispensable", explique Amélie Châtelain.

PUB
PUB

En cas de douleurs à la miction ou de mauvaises odeurs, rendez-vous chez votre médecin traitant.

* une rééducation du périnée peut se faire à tout âge. Demandez conseil à votre médecin ou auprès d’une sage-femme.

Erreur n°2 : ne pas le changer régulièrement

Il arrive que certaines femmes l’installent le matin et le laissent toute la journée sans s’en préoccuper.

En quoi est-ce une erreur : "lorsqu’on porte des protège-slip régulièrement, c’est souvent parce qu’il y a des pertes d’urine. La macération urinaire liée à la transpiration peut amener à développer des irritations cutanées", explique Amélie Châtelain.

Ainsi : il est important au contraire de changer de protège-slip plusieurs fois, à intervalles de 4 à 6 heures maximum.

Pensez-y : si vous êtes sujette aux mycoses, mieux vaut porter des sous-vêtements en coton, une matière qui permet une meilleure aération de la peau et des parties génitales.

De la même manière, évitez de porter des pantalons trop serrés qui favorisent l’apparition de mycoses et d’infections urinaires.

Source : Remerciements à Amélie Châtelain, sage-femme en région parisienne