3 ados sur 5 vivent avec des troubles psychiques

Publié le 05 Juillet 2019 par Sophie Raffin, journaliste santé
L'adolescence est censée être l'âge de l'inconscience. Mais malheureusement ce n'est pas toujours le cas. Une étude britannique révèle que 59% des jeunes âgés de 11 à 19 ans souffrent de problèmes de santé mentale ou sont proches de personnes qui en ont.
© Istock

Près 6 adolescents sur 10 souffrent de troubles psychiques ou vivent avec des personnes qui en ont. L'étude, réalisée par l'association britannique pour la santé mentale Mind, révèle que 14% des 12000 jeunes âgés de 11 à 19 ans interrogés, ont reconnu avoir actuellement une mauvaise ou très mauvaise santé mentale.

Le sondage montre également que les ados ne savent pas forcément où aller chercher de l'aide. En effet, près des deux tiers des élèves ne savent pas à qui s'adresser à l'école pour obtenir un soutien. Plus inquiétant encore : 52% des sondés ont dit qu'ils ne sentiraient pas à l'aise de parler de leurs difficultés avec un professeur ou un membre du personnel scolaire.

Un soutien pourtant utile

Environ un jeune sur 5 (21%) a pu compter sur un soutien psychologique au sein de leur collège ou de leur lycée. Sur ce nombre, un peu moins de la moitié (43%) ont trouvé cela utile. Deux enfants sur trois ont également reconnu qu'ils n'avaient pas été impliqués dans les décisions prises par rapport à cette aide.

De plus, ils sont peu nombreux à avoir consulté en dehors de l'école. Moins d'un élève sur trois qui connaissait des difficultés psychologiques, a eu recours aux services de santé britannique.

Salma Sanchez, élève de 15 ans au lycée Ribblesdale High School, a témoigné dans le cadre de cette étude. “Il y a tellement de choses stressantes à être un adolescent aujourd'hui. Tant de choses peuvent affecter notre bien-être : les examens, la vie de famille, le cyberharcèlement et la pression des réseaux sociaux ne sont que des exemples. J'ai constaté que peu de gens veulent parler de santé mentale, et cela doit changer”, explique-t-elle.

Elle poursuit “Les adolescents comme moi peuvent faire beaucoup pour améliorer leur bien-être. Dans mon école, nous avons récemment organisé un “De-Stresstival”. Tout au long de la journée, nous avons fait des parcours d'obstacles et de la peinture pailletée. Nous avions un endroit où nous pouvions nous détendre et parler à quelqu'un. Et, l'une des activités préférées de tous : des chiens avaient été amenés afin que nous puissions jouer avec”.

Les profs ont également des craintes

Si les élèves ne sont pas à l'aise à l'idée de parler de leurs problèmes à leurs professeurs, le personnel scolaire a également des craintes. 52% des 1000 employés des collègues et lycées interrogés ont le sentiment de ne pas avoir assez d'informations pour aider les jeunes en difficulté.

Et, seulement 26% des personnes sondées pensent qu’elles ont les capacités de les diriger vers les bons services de santé.

Néanmoins, plus de 7 professeurs sur 10 pensent que les élèves qui ont besoin d'aide, sont correctement soutenus.

Dépression de l’adolescent : comment la repérer ?

Selon des données de la Haute Autorité de Santé (HAS) de 2014, 8% des adolescents entre 12 et 18 ans souffriraient de dépression. Toutefois à cette période de la vie, le jeune a du mal à exprimer ses sentiments. Ainsi, sa souffrance se traduit différemment. En effet, les ados montrent de l'irritabilité, de l’agressivité et des somatisations au lieu des symptômes de la dépression vus chez l'adulte (perturbations de l'humeur, tristesse permanente, perte de motivation, souffrance, apathie, idées morbides, voire suicidaires...). De plus, les symptômes sont fluctuants chez les jeunes.

Dépression des ados : à qui demander de l'aide ?

Les ados qui rencontrent des difficultés, ne doivent pas hésiter à demander de l’aide à leur lycée ou encore à aller consulter un médecin ou un psychologue

Il existe également plusieurs dispositifs d'écoute qui accueillent la parole des personnes en difficulté. Ils peuvent les aider à trouver le soutien dont ils ont besoins et les solutions les plus appropriées.

On peut citer entre autre SOS Amitié (les numéros régionaux sont sur son site), Suicide Écoute (01 45 39 40 00) ou encore Fil Santé Jeunes (32 24 ou 01 44 93 30 74 depuis un portable).

Vidéo : La dépression expliquée en vidéo