10 conseils pour préparer son dîner sans grignoter

© Istock

Stress, ennui, gourmandise... Le grignotage peut revêtir différentes formes et refléter des états émotionnels variés, avec des conséquences plus ou moins importantes sur le poids. Et même si l’on n’est pas grignoteur dans l’âme, il est facile de se laisser tenter car les sensations de faim se déclenchent à une certaine heure et les bonnes odeurs de la cuisine les attisent encore plus. 

PUB

Vérifier si le déjeuner est complet et équilibré

Très souvent escamoté par les personnes actives, le déjeuner peut être pris trop rapidement sur un coin de table, debout ou devant son ordinateur. Dans ces cas-là, il a toutes les chances d’être déséquilibré et pas assez calorique.

PUB
PUB

Manger une salade composée, par exemple, nécessite d’y mettre des protéines (œufs, jambon, poissons en boîte…), des féculents (riz, quinoa, lentilles…), des légumes crus et/ou cuits, un assaisonnement, et de terminer par un produit laitier (sauf si on ajoute du gruyère ou de la féta dans la salade) et un fruit. La préparation du dîner en sera plus sereine !

Prévoir une collation vers 16h/17h

Pour ceux qui ont un petit estomac ou qui ont pris un déjeuner trop léger, la collation est impérative sous peine de se jeter sur la baguette tiède achetée juste avant de rentrer ! Que prendre dans ce cas ?

Un fruit complété par un yaourt (ou fromage blanc) ou 2 à 3 tranches de pain avec une portion de fromage ou encore une dizaine d’amandes avec 3 pruneaux. Tout dépend de vos goûts et de votre organisation de la journée.

Mots-clés : Grignotage
Publié le 13 Juillet 2018
Auteur(s) : Nathalie Bednar, diététicienne-nutritionniste